TNT Express deviendra Fedex dans deux ans en Afrique

TNT Express deviendra Fedex dans deux ans en Afrique

La méga fusion-acquisition entre le TNT Express et l'Américain FedEx, actée le 8 mars dernier, a fait beaucoup de bruit outre-Atlantique. L'opération a impacté la marque américaine en Afrique en général et au Maroc en particulier.

Par

Omar El Kadiri Crédit: Yassine Toumi/TELQUEL

Le film Seul au monde est l’un des chefs d’oeuvre du début des années 2000. L’histoire de Chuck Nolan, un employé de FedEx, incarné à l’écran par Tom Hanks, qui se retrouve piégé pendant plusieurs années sur une île déserte après le crash de l’avion de l’entreprise de messagerie a marqué les esprits de plusieurs générations de cinéphiles.

Le film culte a aussi fini d’ancrer la marque FedEx dans l’imaginaire collectif. « Aujourd’hui  le logo de l’entreprise de messagerie vaut 2 milliards de dollars« , confie Omar Kadiri, PDG de Globex, le groupe marocain détenteur de la licence exclusive FedEx dans le Royaume.

D’ailleurs, le représentant marocain de FedEx est contractuellement dans l’obligation de dédier 5% de son chiffre d’affaires annuel au marketing de la marque américaine.

L’entreprise de 260 employés poursuit son développement et devient le nouveau prestataire de services au Maroc du géant batave de la logistique TNT Express, et ce dans le sillage de l’acquisition du Néerlandais par la maison mère de FedEx pour 4 milliards d’euros le 8 mars dernier.

Globex opèrera désormais donc sous les deux licences exclusives. « Toutefois la marque TNT disparaîtra petit à petit pour laisser place à un pavillon commun, celui de l’américain FedEx« , nous confie en exclusivité Omar Kadiri. « Nous avons choisi de garder le branding de la marque américaine, car elle a une notoriété plus grande, des systèmes informatiques plus sophistiqués, ainsi que des procédures plus poussées. L’intégration complète prendra 2 ans« , poursuit le manager.

En 2017, le chiffre d’affaires de Globex au Maroc s’est élevé à 80 millions de dirhams. Grâce à l’intégration du volume TNT Express, le groupe table sur un CA de plus de 100 millions de dirhams en 2018.

« En termes de volumes, nous traitions 70.000 colis à l’import. Or, TNT est sur le même volume. Nous doublons donc notre volume total. Le reste de la stratégie consistera a continuer de consolider notre part de marché qui avoisine les 25% depuis la fusion des deux entreprises« , étaye le PDG du groupe marocain.

La flotte marocaine de Globex est composée de 80 véhicules (camions, voitures et motos, avions). L’entreprise dispose par ailleurs d’une station de tri de 2.000 m² à Casablanca et d’un magasin sous douane à l’aéroport Mohammed V.

Omar Kadiri a aussi adopté les process du mastodonte américain de la livraison express, qu’il essaie d’adapter à la culture marocaine. « Nous sommes dans les services, notre outil de production est donc l’être humain. Nous essayons de faire aimer à nos collaborateurs ce que nous faisons. Nous avons réussi le challenge, car nous avons un turn-over qui est très faible et nous privilégions la promotion interne dans les régions africaines« , explique Kadiri.

Présence en Afrique

Dès 2015 une stratégie de croissance a été amorcée. Globex décroche ainsi la licence exclusive pour ouvrir des filiales dans 4 pays en Afrique subsaharienne, à savoir le Sénégal et le Cameroun en 2015 ainsi que le Gabon et le Congo en 2016.

« Nous avons tissé un lien de confiance avec FedEx au cours de nos 20 années de collaboration. La maison mère nous fait confiance pour notre stratégie d’expansion. C’est aussi bénéfique pour eux, car il ne faut pas oublier que DHL détient 95% du marché africain« , explique Omar Kadiri.

Il faut dire que le deal profitera aux deux parties. FedEx s’offre de la visibilité sur un marché où son concurrent direct DHL est bien implanté. Le géant américain peut ainsi se focaliser sur la lutte acharnée qu’il se livre avec son compatriote UPS sur leurs terres.

Du côté du groupe marocain, « l’Afrique est intéressante puisque nous nous battons contre un seul concurrent, DHL. Bien qu’il soit très bien établi, aller gratter des parts de marché est quand même plus aisé que d’en découdre avec une concurrence féroce au Maroc où le marché est bien établi« , analyse le PDG de Globex.

En Afrique le groupe marocain compte 100 collaborateurs et a réalisé un chiffre d’affaires estimé à 30 millions de dirhams en 2017. Soit un total de 110 millions de dirhams de chiffre d’affaires si l’on prend en compte les filiales africaines, nous confie le PDG.

« La rentabilité ne saurait tarder sur le marché d’Afrique subsaharienne. Actuellement, nous équilibrons nos comptes« , assure le manager. L’investissement initial pour mettre le pied à l’étrier en Afrique subsaharienne a été de 20 millions.

Un investissement étalé sur 3 ans et dédié à l’implantation, la logistique, les licences ainsi qu’a la formation. Depuis, le groupe marocain est fort d’un réseau de six magasins sous douane et de sept agences commerciales dédiées.

article suivant

Ce qui va changer pour les droits d'auteur

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.