L’affaire Helena Maleno

Auditionnée le 10 janvier devant un juge d’instruction 
à Tanger, l’activiste espagnole qui milite pour les droits des migrants en Méditerranée est visée par une enquête pour trafic d’êtres humains. A l’international, une forte mobilisation d’ONG 
et de personnalités publiques est déjà en marche. Le point.

Par

Le jour même de son audience avec le juge de Tanger, mercredi 10 janvier, Helena Maleno Garzon nous répond très rapidement : “Je suis épuisée, mais appelez-moi vendredi sur ce numéro de téléphone, je serai sûrement plus forte”. Ce fameux numéro, c’est celui qui reçoit l’appel à l’aide de centaines de migrants et avec lequel la militante espagnole prévient les services de sauvetage quand une embarcation disparaît dans le détroit. Installée depuis quinze ans à Tanger, l’activiste de 47 ans lutte pour éviter les naufrages de migrants en Méditerranée. Aujourd’hui, elle est.

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés