Jean-Yves Le Drian: les rebelles Houthis sont "fournis en armes par l'Iran"

Jean-Yves Le Drian: les rebelles Houthis sont "fournis en armes par l'Iran"

Par

Le ministre français des Affaires étrangères s'exprimait au micro de RTL, quelques jours avant une visite à Paris du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane. Crédit: Capture d'écran RTL.fr

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a déclaré jeudi que l’Iran « fournissait en armes » les rebelles Houthis au Yémen.

« Il y a un problème au Yémen, c’est que le processus politique n’a pas commencé, que l’Arabie saoudite se sent agressée régulièrement par les Houthis, qui sont eux-mêmes fournis en armes par l’Iran », a déclaré M. Le Drian au micro de la radio RTL.

Déjà lancée par l’Arabie saoudite, une telle accusation avait été fermement démentie par Téhéran. M. Le Drian a tenu ces propos à quelques jours d’une visite en France du prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, programmée début avril.

L’Arabie saoudite a menacé lundi l’Iran de représailles, après l’avoir mis en cause dans le tir de missiles par les rebelles yéménites contre son territoire. Selon les autorités saoudiennes, sept missiles ont été interceptés par la défense anti-aérienne dimanche soir. Un travailleur égyptien a cependant été tué et deux autres blessés, dans la chute de débris sur une habitation à Ryad.

Paris avait alors estimé que « le transfert de capacités de missiles à des acteurs non étatiques susceptibles de les utiliser contre des États constitue un comportement irresponsable et contraire au droit », sans désigner nommément l’Iran. Londres a de son côté annoncé son intention de « demander à l’ONU d’enquêter sur la façon dont ces derniers missiles sont arrivés au Yémen ».

Les livraisons d’armes occidentales à l’Arabie saoudite également critiquées

Depuis le 26 mars 2015, Ryad dirige une coalition militaire de pays musulmans sunnites au Yémen, afin d’aider le pouvoir du président Abd Rabbo Mansour Hadi face aux rebelles Houthis, maîtres de la capitale Sanaa et de vastes régions du pays. Téhéran affirme soutenir les rebelles, mais dément leur procurer des armes, accusant à son tour Ryad de « crimes de guerre » au Yémen. Près de 10.000 personnes ont péri dans ce conflit et la famine menace la population.

Répondant aux critiques sur les livraisons d’armes françaises à l’Arabie saoudite, Jean-Yves Le Drian a assuré qu’elles étaient conformes au droit international. « Nous appliquons les règles internationales pour toutes les ventes d’armes. Nous avons un dispositif très rigoureux d’exportation des armes et nous le respecterons avec beaucoup de vigilance », a-t-il dit.

Amnesty International accuse plusieurs pays occidentaux, dont les États-Unis, la France et le Royaume-Uni, de fournir des armes à l’Arabie saoudite et ses alliés qui se rendent coupables de « crimes de guerre potentiels » au Yémen.

article suivant

Mohammed VI fait le point sur le remaniement avec El Othmani

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.