La sale affaire Bouachrine

La sale affaire Bouachrine

Par Aicha Akalay

Que les corps exultent dans le cadre du mariage ou pas, à deux ou à plusieurs, selon des pratiques consenties, ne devrait pas être régenté par l’Etat. Les articles du Code pénal qui s’immiscent dans la vie privée des citoyens, en interdisant les relations sexuelles hors mariage et l’adultère, sont liberticides et nous les combattons. Pas Mustafa Ramid, actuel ministre des Droits de l’homme et ex-ministre de la Justice. Il avait même déclaré qu’il déposerait sa démission en cas de dépénalisation. Il est certainement plus commode d’être polygame d’une perspective.

L’accés à l’intégralité de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous à partir de 10DH Déjà abonné ? Identifiez-vous
article suivant

Césars 2018: "120 battements par minute" et "Au-Revoir là-haut" distingués

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.