Viol, traite d’être humain, abus de faiblesse... les accusations qui pèsent contre Taoufik Bouachrine

Taoufik Bouachrine, directeur de publication d’Akhbar Al Yaoum, comparaitra le 8 mars devant la chambre criminelle de la Cour d’appel de Casablanca. Il est poursuivi en état d’arrestation, annonce un communiqué du procureur ce lundi.

Par

(Photo Archives) Taoufik Bouachrine Crédit: R. Tniouni/ Telquel

Dans un communiqué diffusé ce lundi 26 février, le procureur du roi à la Cour d’appel de Casablanca a ordonné à sa chambre criminelle de maintenir Taoufik Bouachrine en état d’arrestation et de le poursuivre pour « traite d’être humain, abus de faiblesse, usage du pouvoir et de l’autorité à des fins sexuelles de manière habituelle au moyen de la menace et du viol« .

Selon le communiqué, ces actes ont été commis par le directeur de publication du quotidien Akhbar Al Yaoum et du site AlYaoum24 « à l’encontre de deux personnes » qui l’accusent aussi « d’attentat à la pudeur avec violence, viol et tentative de viol« .

Le document précise en outre que le journaliste est poursuivi pour des délits de « harcèlement sexuel, racolage en vue de la prostitution et usage d’enregistrements et de photos« . Selon le communiqué, une femme enceinte figure parmi les victimes présumées.

Ces faits-là auraient été commis à l’encontre de huit victimes présumées qui apparaissent dans l’une des 50 vidéos enregistrées sur un disque dur et un enregistreur vidéo numérique. Le journaliste est appelé à comparaitre devant la chambre criminelle de la cour d’appel le 8 mars prochain.

article suivant

Coran, histoire d’un livre