Quel modèle de développement pour le Maroc? L'avis de Mohamed Berrada (4/7)

Le Maroc fait partie des pays qui investissent le plus par rapport à leur PIB. Mais la croissance et la création d’emplois ne suivent pas. Comment sortir de ce paradoxe ? L’économiste et ancien argentier du royaume, Mohamed Berrada, donne son point de vue.

Par

Le développement est un concept global. Il prend en considération le comportement de l’homme, le développement humain, la création de richesse, la croissance… des variables quantitatives mais aussi qualitatives et dont le facteur temps se révèle important. Tout investissement dans le concept de développement suppose un retour sur investissement au bout de quinze à vingt ans, particulièrement quand il s’agit d’éducation. Il ne faut donc pas s’attendre à des bouleversements l’année prochaine ou celle d’après quel que soit le choix établi. Cela étant dit, il faut d’abord établir un diagnostic de la situation actuelle. Le Maroc a opté pour une politique keynésienne menée par l’État dont le principe de base est le multiplicateur d’investissement. Pour faire de la croissance, il faut investir. C’est ce que l’on a fait pendant vingt ans. Jamais le Maroc n’a autant investi,…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés