Les métiers de la transformation digitale

Les métiers de la transformation digitale

Une transformation digitale réussie est d'abord le fait de talents complémentaires, rattachés à la direction et chargés de transformer tout le business.

Par

Quels métiers ?

Cinq métiers sont essentiels à la conduite d’une transformation digitale. Il s’agit de scrum master, Ux designer, full stack developer et des métiers de la data science : data architect, data scientist et data engineer.

Un Ux designer doit avoir une sensibilité à l’expérience, car sa mission est d’élaborer une interface qui facilite le parcours client. C’est par exemple celui qui va concevoir l’interface pour la création d’un compte bancaire.

Le scrum master peut être apparenté à un coach qui met en place les méthodes d’agilité et sert d’interface entre les équipes et l’extérieur. Le développeur full stack doit être en mesure à la fois de travailler sur les technologies front et back. C’est un touche-à-tout qui maîtrise plusieurs langages de programmation.

Le data architect conçoit le système qui va exploiter la donnée, le data scientist l’algorithme qui va les utiliser et le data engineer va travailler avec l’architecte pour intégrer ces données à la structure mise en place. Ces métiers sont les plus complexes, mais aussi les plus recherchés.

« On ne se reconvertit pas data scientist, même s’il y a des passionnés qui peuvent y arriver. Il faut être super mathématicien. Nos clients recrutent dans le top 5 écoles d’ingénieurs du Maroc« , nous fait remarquer Yassine Sekkat de McKinsey. Tous ces métiers existent au Maroc mais en nombre très insuffisant.

Qui recrute ?

Selon Asmaâ Fenniri, directrice de transformation digitale chez Salafin, les entreprises de service comprennent l’intérêt du canal digital pour leur business. Elles ont compris qu' »une simple présence sur Facebook n’est pas suffisante pour convaincre » des clients exigeants.Il faut dès lors « questionner les process, structurer ses données et proposer des parcours clients fiables et fluides« , explique-t-elle.

Naturellement, les banques et l’assurance, qui ont un parcours client complexe qui va au-delà du simple acte d’achat, ont été les premières à engager le processus de transformation digitale. « Le secteur industriel et celui de la grande distribution sont, quant à eux, encore au stade d’initiatives« , remarque Fenniri. Un des obstacles sur lequel butent les entreprises est le budget.

Il faut prévoir des financements pour se doter d’outils, former les collaborateurs… Cela constitue « un réel frein à la transformation globale pour les entreprises de taille moyenne », estime Asmaâ Fenniri

Le Maroc compte-t-il réellement des CDO?

Chief digital officer. C’est le premier métier auquel on pense quand il s’agit de mener une transformation digitale. Directement rattaché au PDG, le CDO est un peu le super-patron qui accompagne la transformation de tout le business de l’entreprise. Au Maroc, ce poste est encore rare.

De grandes entreprises se sont dotées de CTO (Chief transformation officer), ou conduisent le changement en comité, directement rattaché à la direction. Il s’agit principalement des banques, assurances ou encore des multinationales. Yassine Sekkat de McKinsey nous fait remarquer qu’il est possible de mener le changement, que ce soit avec un CDO ou pas, le plus important est d’enclencher la dynamique.

La première chose à faire est de rapprocher l’équipe qui mène le changement de la direction. « Tant que nous avons cette prédominance des préoccupations Marketing et Communication digitale au sein des comités de direction, il y a peu d’urgence à créer un poste de Chief Digital Officer« , remarque Fenniri, assureur qui a mis le digital au centre le rattachant directement à la présidence.

« Par contre, les entreprises qui veulent aller au-delà et créer un impact en profondeur sur toute leur chaîne de valeur et sur les pratiques managériales devraient adopter cette best practice organisationnelle pour donner la légitimité, le champ d’action et la cohérence nécessaires à cette mission. Mais gageons que dans le secteur de la banque & assurances ainsi que dans les télécoms et l’aérien, 2018 sera l’année des annonces de CDOs« , conclut-elle.

article suivant

Casablanca Finance City : clap de fin pour le régime fiscal préférentiel

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.