Edito #ADSGAM: Digital mistrust

“Digital is not only about IT”. Ce mantra est à méditer. Quand faut-il enclencher le chantier de la digitalisation ? La réponse est hier. Côté marketing, annonceurs, agences et médias sont depuis longtemps challengés par la disruption provoquée par les réseaux sociaux. Le social listening remplace les focus group, les chatbots prennent la parole et l’Intelligence artificielle révolutionne les interfaces vocales appelées à remplacer les interfaces visuelles traditionnelles. Où en sont l’Afrique et le Maroc? Notre continent est clairement l’avenir, avec sa jeunesse avide de technologies. Le Maroc, quant à lui, n’est pas le plus mal loti en la matière, néanmoins, le Royaume envoie des signaux contradictoires. Même disposant d’un secteur financier dynamique et conquérant, on se lance à peine dans le mobile banking. La Tunisie avec tous ses problèmes est plus startup friendly. Et côté administration, la plus avancée est la DGI, soit l’organisme qui perçoit les taxes des citoyens. Il y a tellement de choses à faire au service du contribuable, des signaux rassurants à envoyer aux investisseurs plutôt que de laisser mourir des initiatives comme Uber. La transformation digitale est d’abord celle des mentalités.

article suivant

Premiers téléviseurs à intelligence cognitive au monde - Les téléviseurs Sony BRAVIA XR sont désormais disponibles au Maroc