Surréaliste: Emmanuel Macron lost in translation

A la question kurde délicate, sont venus se rajouter les soucis tout aussi délicats de traduction. Cette fois, aucune poudre de perlimpinpin n'est venue sauver la mise.

Par

Emmanuel Macron a appelé samedi à l’ouverture « le plus rapidement possible » d’un dialogue entre les autorités irakiennes et les Kurdes d’Irak, en recevant à l’Elysée le Premier ministre de la région autonome kurde. Voilà pour le volet actualité. Pour le reste, la rencontre entre le Président français et le Premier ministre kurde a aussi été l’occasion d’un cafouillage de traduction dont l’Elysée se rappellera longtemps. « Je pense que pour ce que j’ai à dire pour la suite, il est souhaitable que le Premier ministre ait une traduction », lance en conférence de presse un Macron agacé par l’incapacité de ses équipes à assurer ce service. « Je vais donc tout reprendre parce que personne n’a rien compris », enchaîne-t-il, avant de demander à la salle quelles langues elle maîtrise, pour pouvoir y palier.

article suivant

Reprise partielle de la distribution du magazine TelQuel