Le ministère de la migration s'engage à venir en aide à un groupe de migrants marocains coincés en Libye

Des officiels du ministère des MRE et des affaires de la migration ont déclaré, hier à l’agence américaine Associated Press, qu’ils étudiaient la possibilité de rapatrier à nouveau des migrants marocains bloqués en Libye.

Par

Fin août, 190 clandestins marocains avaient déjà été rapatriés par le ministère des Affaires étrangères (capture d'écran Youtube)

Une aide attendue. Dans une vidéo publiée en début de semaine, un Marocain ayant immigré clandestinement en Libye avait poussé un cri de détresse depuis l’un des centres de détention du gouvernement libyen, demandant aux autorités d’intervenir pour assurer son rapatriement et celui de ses « 232 » compatriotes.

« Nous sommes les seuls encore ici« , témoignait le jeune clandestin, selon qui les étrangers de toutes les autres nationalités ont déjà été évacués. « Aucun responsable marocain n’est venu nous voir, ni ne nous a appelés, pour s’enquérir de notre situation« , dénonçait-il , affirmant que plusieurs d’entre eux avaient entamé une grève de la faim.

Ce cri de détresse n’est pas resté sans réponse puisqu’une source au sein du ministère chargé des Affaires de la migration a déclaré à l’agence de presse AP que « les Marocains seront rapatriés« . « Cela prend du temps et implique de nombreuses personnes, mais nous y travaillons« , a-t-il ajouté, préférant conserver l’anonymat, en raison de la « sensibilité » des pourparlers.

Fin août, le ministère des Affaires étrangères avait déjà aidé à faire revenir au pays 190 Marocains après leur tentative avortée de regagner l’Europe. Ils en avaient appelé au roi dans une vidéo alarmiste postée sur YouTube.

Lire aussi: Quand le rêve européen des migrants marocains se brise en Libye

Lire aussi: 190 migrants clandestins marocains rapatriés de Libye

Une délégation des Nations unies, en visite en Libye au début du mois, a confirmé dans un rapport l’existence de camps où survivent des milliers d’hommes, de femmes, et d’enfants victimes de torture, de viols, de famine de violence physique, et soumis aux travaux forcés. Ces conditions « constituent un outrage à la conscience de l’humanité« , a dénoncé Zeid Ra’ad Al Hussein, le Haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’homme.

Mardi, une enquête diffusée sur la chaîne américaine CNN révélait l’ampleur du trafic d’êtres humains en Libye, montrant notamment des migrants subsahariens vendus comme esclaves pour quelques centaines de dollars.

article suivant

Pass vaccinal obligatoire : pourquoi la communauté scientifique est divisée