Mohamed Tozy: "Techniquement, les limogeages sont constitutionnels. Politiquement, ça donne à réfléchir"

Intervenant face à la presse européenne le 26 octobre à Bruxelles, le politologue Mohamed Tozy a donné sa lecture des limogeages de plusieurs ministres et hauts responsables par Mohammed VI le 24 octobre.

Par

DNES à Bruxelles

« Ce qui se passe aujourd’hui, c’est la mise en œuvre du principe de la reddition des comptes prévu par la Constitution« , a expliqué le 26 octobre le politologue et sociologue Mohamed Tozy, intervenant dans une rencontre avec la presse européenne à Bruxelles.

Lire aussi : Seisme politique: Mohammed VI limoge Hassad, Benabdellah, Bencheikh, Louardi…

« Le roi a usé de sa possibilité de limoger des ministres, conformément à l’article 2 de la Constitution sur la reddition des comptes. Techniquement, c’est donc très constitutionnel. Politiquement, ça donne à réfléchir sur les rapports de force dans la vie politique du pays et les mises en œuvre de la reddition des comptes. Il va falloir se pencher dessus, car le processus vers la démocratie et la monarchie parlementaire reste fragile« , a poursuivi l’universitaire qui faisait partie de la commission chargée de la révision de la Constitution de 2011. « On ne décrète pas une démocratie, ça se construit », a-t-il ajouté pour faire comprendre le processus en cours.

Lire aussi : Reddition des comptes : Le nouveau pari politique de Mohammed VI

Mohamed Tozy assurait le volet politique d’une rencontre avec la presse européenne sous le thème « Maroc contemporain: entre spiritualité, démocratie et développement économique« . Ahmed Reda Chami, ambassadeur du Maroc auprès de l’Union européenne, assurait le volet économique et Ahmed Abbadi, secrétaire général de la Rabiata Mohammedia des Oulémas, le volet spirituel.

article suivant

Trois questions à Nizar Baraka sur la sortie de crise