La cellule terroriste de Fès visait le parlement et le siège de 2M

La cellule terroriste, dont 17 membres ont été écroués par les services de sécurité, prévoyait également des attaques contre des centres commerciaux et des enlèvements de personnalités publiques.

Par

Photo d'illustration. Crédit: Yassine Toumi
Crédit: Yassine Toumi

Le 23 octobre, un communiqué du ministère de l’Intérieur annonçait l’arrestation de six individus faisant partie de la cellule terroriste de Fès démantelée par le Bureau central d’investigation judiciaire le 14 octobre.

Au total 17 membres présumés de cette cellule sont désormais derrière les barreaux. Alors que le communiqué de l’Intérieur restait vague quant aux cibles de cette cellule terroriste affiliée à Daech, évoquant des « sites sensibles« , l’hebdomadaire Jeune Afrique livre des détails sur les plans de ces 17 individus.

Dans sa parution du 22 octobre, l’hebdomadaire fondé Bechir Ben Yahmed indique qu’une attaque prévue par la cellule de Fès devait être « téléguidée depuis les camps de Daech en Libye ». En plus des engins servant à la fabrication d’explosifs retrouvés dans la « planque » du leader de cette cellule, les éléments du BCIJ ont également saisi une Peugeot 205 piégée.

Selon des documents des enquêteurs consultés par Jeune Afrique, la cellule de Fès visait notamment le siège du parlement à Rabat, celui de la chaine 2M à Casablanca, des centres commerciaux et des casernes de gendarmerie. L’hebdomadaire révèle également que la cellule de 17 membres prévoyait « l’enlèvement, suivi de la capitation filmée de personnalités symboliques du régime« .

article suivant

PLF rectificative : Benchaâboun et l’insoluble “équation à six inconnus”