L'Ecole hassania des travaux publics représentera le Maroc à l'Enactus World Cup

L'EHTP de Casablanca a décroché son ticket pour l'Enactus World Cup en remportant la compétition nationale, mardi 20 juin.

Par

Pour la deuxième fois consécutive, la grande école d’ingénieurs défendra le drapeau marocain lors de la finale internationale d’Enactus, qui se tiendra en septembre à Londres. L’École hassania des travaux publics (EHTP) s’est qualifiée pour le tournoi mondial en remportant la compétition nationale lors d’un showcase organisé à Casablanca le 20 juin. « Plus de 1.500 personnes ont répondu présentes à cette compétition, considérée comme étant le plus grand événement d’entrepreneuriat social estudiantin en Afrique du Nord« , souligne un communiqué d’Enactus Maroc.

« 18 équipes représentant différentes universités et écoles d’enseignement supérieur » ont pris part à la demi-finale pour n’en retenir que 4 finalistes (Faculté de Sciences de Rabat, Faculté de Sciences et Techniques de Tanger, Ecole Mohammedia d’Ingénieurs, EHTP). Les équipes ont été départagées par un jury composé de hauts dirigeants d’organisme nationaux et internationaux. Parmi eux, Hassan Rezzouk, directeur qualité chez Cosumar, Othman El Hassani, directeur de l’OCP Entrepreneurship Network et Yves Gauthier, directeur général d’Orange Maroc, Mehdi Lahrichi, directeur associé à McKinsey & Company, Othmane Cherif Alami, PDG d’Atlas Voyages.

« L’équipe Enactus EHTP a présenté plusieurs projets à très fort impact, dont Mistomar, un espace de stockage et de conditionnement sous-terrain qui permet la conservation de produits agricoles pour une durée allant jusqu’à 8 mois », indique le communiqué. Pour sa part, l’EMI a proposé Dif’aa (chaleur en arabe), un dispositif de chauffage en argile, économique et écologique, qui permet une augmentation de chaleur de 9°C, commercialisé au prix de 40 dhs. En 2014, le Maroc s’était classé deuxième de l’Enactus World Cup en Chine. Il avait obtenu la troisième place une année plus tard, en Afrique du Sud.

article suivant

[Vidéo] L’Interrogatoire : Rachid Achachi, le polémiste