Le groupe Banque populaire accélère la digitalisation de ses services

La "transformation digitale" de la Banque populaire, en chantier depuis deux ans, commence à porter des fruits. L'ouverture des comptes à distance est possible depuis le 19 juin.

Par

Laidi El Wardi, directeur général de la banque détail à la BCP, en charge du projet de digitalisation.

La Banque centrale populaire (BCP) a sorti le grand jeu dans la soirée du 19 juin, pour présenter sa « transformation digitale« . Lumières roses et bleues, discours à la keynote californienne… Le but : montrer que la banque aux cinq millions de clients rajeunit et s’oriente vers une plus grande digitalisation.

Désormais, il sera possible d’ouvrir un compte bancaire à distance, même si la finalisation de la procédure devra toujours se faire en agence. Autre nouveauté: le client pourra repartir directement avec sa carte bancaire en main dès l’ouverture de son compte. Tout cela sans aucun document imprimé.

En plus de la relation client, c’est tout le système en coulisses et dans la chaîne de production qui est digitalisé. D’autres banques proposent déjà ce genre de services digitalisés, à l’instar d’Attijariwafa bank qui a lancé en décembre une nouvelle banque 100% mobile baptisée « L’Banka Lik ». De son côté, le Crédit du Maroc avait lancé sa banque digitale dès 2014, se vantant d’être devenue la première banque multicanale, alors que CIH avance aussi dans la digitalisation de ses banques.

« Pas de coûts supplémentaires »

Avec 300.000 à 350.000 comptes ouverts tous les ans, la Banque populaire affirme ne pas vouloir accélérer le nombre d’ouvertures de comptes. « Le but est de rester sur cette lancée, mais de le faire de façon plus productive« , assure Hassan Debbagh, en charge de la banque des particuliers et des professionnels à la BCP. « Améliorer le service et la digitalisation permet de nouveaux entrants« , reconnaît tout de même Laidi El Wardi, directeur général de la banque détail à la BCP. « Il n’y aura pas de coût supplémentaire pour le client« , assure-t-il.

D’ici quatre ans, le groupe souhaite digitaliser 21 autres « parcours clients« . Les prochaines priorités: la demande crédit en ligne d’ici septembre ou octobre, et l’octroi de crédit pour les PME. Au total, 80% des parcours pour les particuliers seront digitalisés. La BCP dit s’inscrire dans une logique de « continuité« , alors que la première signature digitale existe depuis 1986.

Quant au financement de ce projet, le groupe n’a pas voulu dévoiler de chiffres. « Pour acquérir les compétences en interne, on s’est fait accompagner par un cabinet de renom qui nous a permis de monter le dispositif de digitalisation des technologies« , précise Laidi El Wardi. En 2016, le groupe BCP a vu son résultat net progresser de 5,3%. Ce dernier s’établit à 2,6 milliards de dirhams, soit la quatrième plus importante capitalisation de la bourse de Casablanca.

article suivant

La wilaya de Casablanca appelle les entreprises du secteur privé à privilégier le télétravail