Mehdi Bensaid: "il faut se saisir du modèle Macron pour rajeunir nos partis"

Mehdi Bensaid: "il faut se saisir du modèle Macron pour rajeunir nos partis"

Crédit: Mehdi Bensaid/Facebook

Mehdi Bensaid, ex-président de la commission des Affaires étrangères au parlement, livre ses impressions sur l’arrivée au pouvoir en France d’Emmanuel Macron.

Centriste pro-européen, Emmanuel Macron, le fondateur du mouvement « En Marche! » est depuis le dimanche 7 mai, le nouveau président de la République en France. À 39 ans, celui qui ne se réclame ni de droite ni de gauche s’est imposé face à son adversaire d’extrême droite, Marine Le Pen, avec 66,1 % des voix. En peu de temps, Macron qui était inconnu des milieux politiques français a charmé l’électorat d’Hexagone, mais il a également fait parler de lui à l’étranger, notamment au Maroc. Mehdi Bensaid, membre du PAM, et ex-président de la commission des affaires étrangères au Parlement, nous livre ses impressions après la victoire du centriste aux présidentielles françaises.

Telquel.ma : Emmanuel Macron est le nouveau président de la France. Qu’est-ce que cela vous inspire?

J’ai eu des relations et des contacts avec les équipes de Macron, et on est très contents de voir une dynamique nouvelle arriver au pouvoir en France, en espérant qu’elle influencera les relations historiques qui existent entre le Maroc et la France, qu’elle amènera une dynamique nouvelle. Je pense à un nouveau modèle favorable à la jeunesse ici au Maroc. Qu’on le veuille ou pas, on est très influencés par le modèle français. Il y a une grande partie de la population qui est francophone, et nous avons beaucoup de points communs avec ce pays.

Quel impact aura la victoire de Macron sur les relations entre le Maroc et la France ?

Je pense que la victoire de Macron est l’occasion idéale pour relancer une dynamique qui existe depuis des années avec la France, mais en lui donnant un souffle un peu plus jeune, un peu plus intéressant pour l’avenir des deux pays. Le Maroc est aujourd’hui bien intégré en Afrique. La France a aussi des investissements en Afrique. Il faut voir aujourd’hui comment bénéficier de ces bons points pour le développement du continent. À mon avis, aujourd’hui le plus important est le maintien du soutien de la France à la question du Sahara au niveau international. La France a toujours été un appui inconditionnel au Maroc, et je l’espère, elle le demeurera avec le nouveau président.

Vous êtes jeune, vous défendez certaines idées proches de celles d’Emmanuel Macron. Sa victoire vous conforte-t-elle ?

Oui! la différence c’est que bien évidemment le modèle politique marocain n’a rien à voir avec le modèle français. En France, il y a un régime présidentiel alors que chez nous les partis ont plus de poids qu’en France [pour le choix d’élus, NDLR]. Les seules élections où nous pouvons voir l’avènement de jeunes, ce sont les législatives. Il faudrait s’inspirer du modèle français avec Macron, mais également du modèle canadien avec Trudeau, ou même celui d’Obama qui a commencé à 45 ans, en poussant les partis à mettre encore plus de jeunes à leurs têtes, et rajeunir leurs organismes.

article suivant

En pleine réforme fiscale, Omar Faraj quitte la DGI

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.