Rapports sexuels contre bonnes notes: un professeur d’université arrêté à Tétouan

Rapports sexuels contre bonnes notes: un professeur d’université arrêté à Tétouan

Après l'accusation par une étudiante d'un chantage impliquant des rapports sexuels en l'échange de bonnes notes aux examens, un professeur de l'Université de Tétouan a été arrêté le 5 mai.

Par

Crédit: Photomontage TelQuel.

Les services de la police judiciaire de Tétouan ont arrêté le 5 mai un professeur de l’enseignement supérieur à l’Université Abdelmalek Essaadi de Tétouan, soupçonné d’être impliqué dans une affaire d’ »attentat à la pudeur sur des personnes sous son autorité avec contrainte », de « trafic d’influence » et de « harcèlement sexuel ».

Dans un communiqué, la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a indiqué que les informations préliminaires de l’enquête révèlent que le suspect faisait l’objet d’un mandat de recherche suite à sa présumée implication dans une affaire de chantage sexuel sur des étudiantes de la faculté, en échange d’une bonne note.

Trois étudiantes, victimes de ces actes criminels, ont été auditionnées, a précisé la DGSN, faisant savoir que les expertises techniques ont permis de découvrir plusieurs textos de nature sexuelle, échangés entre le suspect et les victimes à travers les nouvelles technologies de communication.

Le professeur a été placé en garde à vue à la disposition de l’enquête menée sous la supervision du parquet,  a conclu le communiqué.

Les faits remonteraient à 2015, mais n’ont été révélés que le 28 avril, lorsqu’une étudiante de la faculté des sciences à Tétouan a publié ce qui est présenté comme des captures d’écran de ses conversations avec un enseignant. Elle l’accuse de l’avoir forcé à un acte sexuel contre l’obtention d’une bonne note en examen. Les conversations font état de négociations sur la note jusqu’à la fixation d’un rendez-vous avec l’enseignant. Leur publication a largement fait réagir sur les réseaux sociaux.

L’organisation du renouveau estudiantin, proche du PJD s’était quant à lui réuni le 29 avril avec le doyen de la faculté des sciences de Tétouan, qui aurait promis selon le communiqué de l’organisation de proposer la sanction « la plus coercitive » à savoir l’expulsion de l’enseignant de la fonction publique.

Contactée par Telquel.ma, l’administration de l’université Abdelmalek Saadi n’a pas donné suite à notre appel.  « Il y a une unanimité ici dans la faculté, que ce soit professeurs, étudiants ou administration d’aller le plus loin possible dans cette affaire, » nous affirme sous couvert d’anonymat un enseignant à la faculté de Tétouan.

article suivant

Abdelmadjid Tebboune est le vainqueur des élections présidentielles

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.