Suède: les sociaux-démocrates rejettent la motion de reconnaissance de la RASD

Crédit: DR

Le parti social-démocrate suédois, traditionnellement pro-Polisario, a rejeté le 9 avril à l’unanimité une motion pour reconnaître la RASD.

« Le Congrès des sociaux-démocrates vient d’adopter la décision du bureau de rejeter à l’unanimité la motion proposée par quelques membres » concernant la reconnaissance de la RASD, affirme le 9 avril une source diplomatique citée par l’agence officielle marocaine MAP. Le Congrès des sociaux-démocrates, qui se poursuit jusqu’au 12 avril, regroupe plus de 4.000 délégués, dont un représentant d’un parti marocain invité,  l’Union socialiste des forces populaires (USFP). L’ambassadeur du Maroc en Suède, Amina Bouayach, a elle aussi assisté aux travaux de ce congrès, en compagnie d’une conseillère politique de l’ambassade.

Cette décision du Parti social-démocrate des travailleurs, au pouvoir en Suède, est favorable au Maroc et intervient près d’un an et demi après une brouille entre les deux royaumes. À l’origine de ces tensions, un projet du gouvernement suédois de reconnaître la RASD qui remonte à septembre 2015.

Le Maroc s’était mobilisé pour faire avorter cette tentative, et avait dépêché les représentants de plusieurs partis politiques ayant une sensibilité de gauche pour convaincre les socialistes suédois du bien-fondé de la position marocaine. Le parti suédois s’était depuis ravisé, mais la proposition est restée en débat au sein de ses instances.

Les relations entre le Maroc et la Suède se sont améliorées en septembre 2016. Margot Wallstrom, la cheffe de la diplomatie suédoise, avait rendu visite au ministre des Affaires étrangères marocain de l’époque, Salaheddine Mezouar. Une rencontre qui avait scellé une réconciliation après une année tendue.

Le lobbying des membres du Polisario est très présent en Suède. En 2010, la gauche suédoise, avec l’apport de l’extrême droite, avait proposé au parlement suédois une recommandation demandant la reconnaissance de la RASD comme pays avec lequel la Suède devra négocier. Une recommandation votée en 2012 et transmise au gouvernement, qui la refusera.

Lire aussi : Aux origines du conflit entre la Suède et le Maroc

article suivant

Dernière minute, réorganisation, blocage… Bis repetita pour les Marocains résidant à l’étranger