Le BCIJ démantèle une cellule de Daech composée entièrement de femmes

Dix femmes ayant voulu commettre des attentats-suicides dans plusieurs zones du royaume ont été arrêtées par le BCIJ. 

Par

Une cellule terroriste composée de dix femmes partisanes de l’« État islamique », active à Tan Tan, Kénitra, Sidi Slimane, Salé, Tanger, Oulad Tayma, Zagora et Sidi Taybi, a été démantelée le 3 octobre par le Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ), selon un communiqué du ministère de l’Intérieur.

Plusieurs produits chimiques utilisés dans la fabrication d’explosifs ont été saisis chez l’une des membres de cette cellule. Selon les premiers éléments de l’enquête, les suspectes, qui ont prêté allégeance à l’émir de « Etat islamique», ont essayé de se procurer des produits utilisés dans la fabrication de ceintures explosives afin de commettre des attentats-suicides dans plusieurs zones sensibles du royaume.

Selon la même source, les suspectes ont un lien étroit avec plusieurs terroristes marocains également affiliés à Daech ainsi que des sympathisants d’autres mouvances extrémistes. Elles coordonnaient leurs activités avec des combattants de Daech basés à la frontière syrio-irakienne. En parallèle, cette cellule terroriste était chargée du recrutement et de l’entraînement de femmes devant renforcer les rangs de Daech dans cette zone.

 

 

article suivant

Malgré les menaces de Trump, les manifestations se poursuivent