Bank Al-Maghrib a saisi la justice pour contrer les sociétés de vente pyramidale

Bank Al-Maghrib demande aux banquiers d’être plus vigilants face aux sociétés qui fonctionnent en vente pyramidale et prolifèrent au Maroc, d'après elle.

Par

Bank Al-Maghrib
Bank Al-Maghrib. Crédit: Yassine Toumi/Telquel

Dans une lettre datée du 29 juillet, la Direction de la supervision bancaire de Bank Al-Maghrib demande au Groupement professionnel des banques du Maroc (GPBM) d’inviter les banquiers à alerter les autorités s’ils soupçonnent des sociétés de fonctionner sur le modèle de la vente pyramidale et d’« observer une plus grande vigilance » lors de l’ouverture de comptes de telles sociétés. Et pour cause, BAM explique avoir constaté une « prolifération » de ces entités.

Dans le document, dont le service média de BAM nous a confirmé l’envoi, l’institution résume le fonctionnement de la vente pyramidale (voire du Ponzi) : la rémunération des membres par l’entrée de nouveaux, bien plus que par la commercialisation d’un bien ou d’un service. Le danger : l’éclatement de la pyramide, quand les nouveaux membres ne suffisent plus à rémunérer les anciens. Cette pratique est illégale puisqu’elle s’apparente à un appel public à l’épargne, à la réception de fonds comme seuls peuvent le faire les établissements de crédit, et est interdite par la loi de protection du consommateur, explique la Banque centrale.

Parallèlement à cette lettre, « Bank Al-Maghrib a saisi, en vertu de ses prérogatives légales, les autorités judiciaires sur ces pratiques », nous précise le service média de la Banque centrale, qui n’indique pas à ce stade combien de sociétés de ventes pyramidales ont été repérées ni la nature des plaintes soumises à la justice.

lettre bam gpbm

Les réseaux sociaux pullulent de pages de sociétés marocaines de ventes directes. Mais difficile de faire la différence entre leur fonctionnement affiché (le marketing réseau ou MLM) et ce qu’elles font parfois en réalité (la vente pyramidale). Les principales différences entre les deux systèmes est que le premier ne rémunère pas les membres lorsqu’ils en recrutent de nouveaux (même de manière déguisée, avec des cadeaux par exemple), et que le nombre de filleuls est limité. Le Ponzi est une version extrême de la vente pyramidale : dans ce cas, aucun produit n’existe.

Lire aussi: Visée par une enquête, L&E Cosmétique continue son expansion

article suivant

Reprise des cours en présentiel : le débat qui agite la rentrée scolaire