Travail domestique: Les mineurs resteront sur le marché du travail encore cinq ans

La loi polémique sur le travail domestique a été votée à la chambre des conseillers. Les mineurs resteront sur le marché du travail cinq ans et pourront être embauchés à 16 ans.

Par

La Chambre des conseillers. Crédit: Rachid Tniouni/TELQUEL

La loi sur le travail domestique a finalement été votée le 26 juillet devant la chambre des conseillers. L’âge autorisé reste fixé à 16 ans durant les cinq ans suivant la publication de la loi sur le bulletin officiel, conformément a été voté à la première chambre. Le travail en dessous de l’âge de 16 ans est prohibé, comme précisé par le code du travail. La loi a été votée par les quatre partis de majorité PJD, PPS, RNI et MP en plus de l’Istiqlal, l’UC et la CGEM.

Lire aussi: Travail domestique des enfants: Une nouvelle loi qui ne répond pas à tout

Lire aussi : Loi sur les domestiques: 1 500 dirhams de salaire mensuel

Ce vote a été mouvementé lors de son passage devant la commission Éducation et affaires culturelles à la deuxième chambre. L’opposition et les syndicats (PAM, USFP, UMT et CDT) ont introduit un amendement qui interdit l’embauche des mineurs de moins de 16 ans dès la publication de la loi sur le bulletin officiel, nous explique Omar El Kindi, membre de collectif pour l’éradication du travail des petites bonnes (CETPB). L’amendement prévoyait aussi une période de deux ans pour extraire du marché du travail les enfants mineurs qui s’y trouvent déjà. Mais une fois en plénière, « le ministre de l’emploi a réintroduit l’amendement de la première chambre qui prévoyait une période de cinq ans durant laquelle il est possible que des mineurs soient embauchés », poursuit El Kindi.

Lire aussi : Unicef: « L’âge minimum des travailleurs domestiques doit être de 18 ans »

Lire aussi : Griefs et incohérences autour de la loi sur le travail domestique

« Cinq ans est une période énorme et ce n’est pas justifié » proteste El Kindi qui affirme que cette loi « est immorale et illégale au vu des traités internationaux signés par le Maroc ». Le militant associatif reprend également les critiques qui ont été formulés pendant le passage de la loi devant la première chambre, notamment l’absence de contrôle des enfants qui travaillent.

La loi rentrera en vigueur dès sa publication dans le Bulletin officiel.

 

article suivant

Mines : le groupe indien Samta annonce des investissements de plus de 100 millions de dollars au Maroc