La première rétrospective africaine de Giacometti à Rabat

La première rétrospective africaine de Giacometti à Rabat

Le musée d'art moderne et contemporain de Rabat reçoit certaines des plus fameuses sculptures de l'artiste suisse.

Par

Crédit : Fondation Giacometti

Du 20 avril au 4 septembre 2016, le musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain accueille une rétrospective du peintre et sculpteur suisse Alberto Giacometti. Grande première en Afrique, « C’est une marque de confiance dans la capacité du pays à accueillir des événements d’une telle ampleur », s’est réjoui Mehdi Qotbi, directeur de la Fondation nationale des musées, lors d’une conférence de presse donnée à Rabat, le 18 avril.

46 sculptures, 19 peintures, 30 dessins et des objets d’art décoratif ont été disposés dans trois sections retraçant la vie de l’artiste, dans une salle de 755m². La visite commence entre Stampa (Suisse) et Paris, de la sculpture traditionnelle aux avant-gardes parisiennes et se poursuit en Afrique, avec ses reproductions de nombreuses figurines africaines, telles des sarcophages égyptiens ou des masques d’Afrique noire. Le parcours de l’exposition s’achève avec ses oeuvres de la maturité : « des têtes et des figures dans l’espace », précise le dossier de presse.

Une scénographie en transparence

Parmi elles, L’homme qui marche II (1960), l’un des sculptures en plâtre les plus célèbres de Giacometti, visible dès le début du parcours grâce à une scénographie en « transparence », explique Jean-Julien Simonot, architecte et scénographe français. Des fentes dans les murs permettent une « connexion du début jusqu’à la fin » de l’exposition. « Il y a une vraie porosité entre les différentes sections », explique-t-il. Egalement présente, Catherine Grenier, directrice de la fondation parisienne Giacometti, légataire universelle de la veuve de l’artiste, Annette Giacometti.

« La France a un lien très particulier avec le Maghreb et Giacometti a voulu faire une oeuvre universelle. C’est la responsabilité de la fondation de respecter la volonté de l’artiste », a-t-elle confié lors de la conférence de presse. Très intimiste, la rétrospective, inaugurée plus tard dans la journée par la princesse Lalla Salma, compte de nombreuses esquisses – sur des morceaux de nappes en papier, des enveloppes ou encore sur une notice de médicament digestif -, mais aussi des clichés de l’atelier parisien qu’il a occupé de 1926 à sa mort, à 65 ans, et les têtes en bronze des membres de sa famille.

Informations pratiques

Horaires :

Le musée est ouvert tous les jours (sauf le mardi) de 10h à 18h.

Tarifs :

40DH pour les adultes, 20DH pour les jeunes entre 12 et 18 ans et 10DH pour les enfants de moins de 12 ans. L’accès au musée est gratuit le vendredi pour les ressortissants marocains.[/encadre]

article suivant

Le texte adopté par la Chambre des représentants

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.