Bouteflika a-t-il demandé à AQMI d’attaquer le Maroc?

Les emails d’Hillary Clinton, rendus publics par wikileaks, révèlent un accord secret conclu entre le gouvernement algérien et le terroriste Belmokhtar dont l’un des objectifs est d’ « attaquer les intérêts marocains au Sahara occidental ».

Par

Crédit : AFP

Les 30322 courriels envoyés et reçus par l’ancienne secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton viennent d’être publiés, le mercredi 16 mars, par le site wikileaks. L’un d’entre eux, intitulé « Derniers rapports du renseignement français sur l’Algérie », et daté du 17 janvier 2013 à 22H, a été envoyé par Sidney Blumenthal, ancien conseiller spécial du président américain Bill Clinton en plein contexte de l’attaque terroriste contre le site pétrolier algérien de In Amenas mené par le groupe terroriste dirigé par l’Algérien Mokhtar Belmokhtar.

Le mail commence ainsi « Selon une source très sensible, des individus ayant accès à des officiers des services de renseignements extérieurs français (Direction générale de la sécurité extérieure – DGSE) travaillant au Mali et en Algérie durant la crise des otages du 17 janvier 2013, ont déclaré en privé que le gouvernement algérien du président Abdelaziz Bouteflika a été surpris et désorienté par les attaques ». Le pouvoir algérien était d’autant plus surpris qu’il aurait, une année auparavant, scellé un accord avec le groupe « Les signataires par le sang » dirigé par Mokhtar Belmokhtar.

Sydney Blumenthal poursuit sa missive ainsi : « Selon des sources ayant accès à la DGSE algérienne (DDSE, département du DRS, NDLR), le gouvernement de Bouteflika a conclu une entente très secrète avec Belmokhtar après le kidnapping en avril 2012 du consul algérien à Gao (Mali). En vertu de cet accord, Belmokhtar a concentré ses opérations au Mali et, occasionnellement, avec les encouragements de la DGSE algérienne, attaqué les intérêts marocains au Sahara occidental où les Algériens ont des revendications territoriales ».

Le même courrier précise également que le groupe terroriste dirigé par Belmokhtar a été financé et armé par Aqmi lors de cette opération qui s’était soldée par la mort de 35 otages, dont bon nombre d’employés occidentaux. « AQMI voyait en le très bien organisé Belmokhtar le combattant le mieux placé pour attaquer immédiatement les intérêts occidentaux« , pouvait-on encore lire.

article suivant

Trois morts et plusieurs blessés dans une attaque au couteau à Nice