Mohammed VI lance Noor 1, première phase du méga-projet solaire du Maroc

Le roi Mohammed VI a poussé symboliquement le bouton pour la production du premier kilowatheure solaire du Maroc, a constaté un journaliste de Telquel.ma. 

Par et

Le roi Mohammed VI a inauguré le 4 février Noor 1, à 20 km de Ouarzazate. Crédit: Fadel Senna/AFP

La cérémonie royale de lancement de Noor 1, première phase du méga projet d’énergie solaire Noor, s’est déroulée ce jeudi 4 février dans les environs de Ouarzazate, où s’étend ce complexe géant, un des plus importants dans le monde, a constaté sur place un journaliste de Telquel.ma.

L’inauguration, qui s’est déroulée en présence d’Abdelilah Benkirane et d’une grande partie du gouvernement, ainsi que des conseillers royaux Taieb Fassi-Fihri et Yassir Zenagui, s’est déroulée sous un beau soleil, et en présence d’invités internationaux, avec aux premiers rangs Ségolène Royal, ministre française de l’Ecologie.

« Je suis très fier, (grâce à ces projets solaires) nous avons une visibilité sur les 25 années à venir et on sait que le prix de l’électricité ne va pas bouger », a déclaré à la presse Mustapha Bakkoury, président de Masen (Moroccan Agency for Solar Energy).

De son côté, la ministre française Ségolène Royal, dont le pays passe le flambeau au Maroc pour l’organisation de la Cop 22 en 2016, a estimé que « le Maroc a un temps d’avance sur les pays voisins mais aussi sur l’Europe », invitant le royaume à échanger son expertise avec les pays d’Afrique subsaharienne.

Noor 1, la première phase d’un ambitieux programme national d’énergie solaire, a nécessité près de 8 milliards de dirhams d’investissements (730 millions d’euros) et produit 160 MW d’énergie électrique. Près de 2 000 personnes ont été mobilisées pour sa construction, dont 1 800 Marocains. Il n’a fallu que 30 mois de gestation, entre l’annonce et la production du premier kilowattheure, pour que le projet voit le jour.

Le parc Noor de Ouarzazate n’est que la première étape d’un vaste programme d’ énergie renouvelable qui vise la production à l’horizon 2030 de la moitié des besoins énergétiques du Maroc par le solaire, mais aussi l’éolien, l’hydro-électrique et le GNL (Gaz naturel liquéfié).

Lire aussi:  Energies renouvelables: Mohammed VI, le roi Soleil

article suivant

Trois questions à Nizar Baraka sur la sortie de crise