Le procès de «Much Loved» s'ouvre ce mercredi à Marrakech

Après moult reports, le procès du film Much Loved, interdit de diffusion au Maroc, reprend.

Par

Scène de Much loved
Extrait de Much loved (Zin li fik) de Nabil Ayouch.

Après plusieurs reports, le procès du film Much Loved va reprendre mercredi 27 janvier devant le tribunal de première instance de Marrakech. L’œuvre cinématographique, primée dans des festivals internationaux, a été interdite au Maroc parce qu’elle comporte un «outrage grave aux valeurs morales et à la femme marocaine», selon le ministère de la Communication.

Ce procès a été intenté contre Nabil Ayouch, le réalisateur, et l’actrice Loubna Abidar par Mustapha Hasnaoui, président de l’association marocaine de défense du citoyen (AMDC), pour qui le film « nuit directement à Marrakech et à ses femmes et, plus généralement, au Maroc et à ses femmes ».

Les articles du Code pénal sur lesquels l’association se fonde, sont les articles 483, 289, 490, 502, et 503-2, traitant de mœurs, de pédopornographie et de relations sexuelles hors mariage.

Pour Youssef Chehbi, avocat de Nabil Ayouch, « cette plainte ne dispose pas d’un fondement légal.L’association n’a également pas de qualité pour porter cette plainte ».

Lire aussi : Nabil Ayouch : « Il faut essayer de comprendre les prostituées »

 

article suivant

Réouverture des cafés et restaurants dès vendredi 29 mai