Alliances quitte le capital de la station Taghazout

Alliances Développement Immobilier a cédé les 20% qu'il détenait dans le capital de la Société d'Aménagement et de Promotion de la Station de Taghazout (Sapst) à CDG développement et Sud Partners (le consortium dont le chef de file est Akwa Group) à parts égales.

Par

Alami Lazrak, PDG d'Alliances. Crédit : Yassine Toumi.

La station Taghazout dont le sauvetage a été fait en 2011 à travers la création d’une société d’aménagement avec un tour de table solide connait un nouveau remous. La société Alliances Développement Immobilier (ADI) dirigée par Mohamed Alami Lazraq, un des principaux actionnaires, quitte le tour de table discrètement. Il se déleste des 20% qu’il détenait dans la Société d’Aménagement et de Promotion de la Station de Taghazout (Sapst). Contacté par Telquel.ma le groupe Alliances confirme l’information sans donner plus de détails. On nous déclare que l’annonce se fera au moment opportun pour dévoiler le plan de restructuration global du promoteur-développeur.

Alliances se recentre sur la promotion immobilière

L’opération fait donc parti tout naturellement du plan de restructuration du groupe Alliances suite à ses déboires financiers. Rappelons qu’en décembre 2015 EMT, le pôle construction d’Alliances composé EMT bâtiment et EMT routes, a déposé une procédure de liquidation judiciaire auprès du président du tribunal de commerce de Casablanca. A cette même période, le management d’Alliances sort de son silence en publiant un communiqué expliquant sa démarche et annonçant son retrait : «des métiers de travaux publics et de construction». Il n’est donc pas étonnant de la part d’Alliances d’opérer ce retrait qui rentre dans le cadre de son recentrage sur ses activités de promotion immobilière.

CDG et Sud Partners, les repreneurs

Du coup la question qui reste en suspens est de savoir qui a acquis les parts d’Alliances. Le management du promoteur immobilier se refuse à tout commentaire. Contactée par nos soins, la CDG n’a pas donné suite à notre question de savoir si elle reprit les 20%. Finalement, c’est au niveau du site web de la Sapst que l’information est dévoilée encore une fois discrètement. La fiche de présentation de l’entreprise gestionnaire de l’aménagement de la station a supprimé Alliances Développement de la liste des actionnaires. Au lieu de cinq actionnaires initialement, on y retrouve plus que quatre avec des pourcentages de participation différents du tour de table annoncée en 2011 au moment de sa création. Après vérification, ce sont CDG développement et Sud Partners (consortium mené par Akwa group) qui ont repris à parts égales les 20 % d’Alliances passant respectivement à 45% et 25% dans le capital. Les parts des deux autres actionnaires, à savoir le Fonds Marocain du développement touristique (25%) et la Société Marocaine de l’investissement touristique (5%) sont restées intactes. Le montant de la transaction n’a pas encore été dévoilé. Il le sera sûrement au moment où Alliances annoncera le détail de son plan de restructuration.

 

article suivant

À Riyad, Akhannouch en émissaire du rapprochement Maroc-Arabie saoudite