Les enseignants stagiaires défient le gouvernement en manifestant

Les enseignants stagiaires défient le gouvernement en manifestant

Première réponse des enseignants stagiaires au gouvernement : un sit-in silencieux pour réitérer leurs revendications, mais aussi leur intention de poursuivre leurs manifestations.

Par

Des dizaines d'enseignants stagiaires ont organisé un sit-in le 13 janvier. Crédit: Yassine Toumi

Des dizaines de professeurs stagiaires ont observé un sit-in de protestation le 13 janvier, à Casablanca, en bas des tours du twin center dans le quartier très fréquenté du Maarif, bravant ainsi l’interdiction annoncée quelques jours auparavant par le ministère de la Justice.

Les manifestants, dont certains avaient un morceau de ruban adhésif collé sur la bouche, ont protesté dans le silence, brandissant des photos de manifestants blessés et des pancartes en arabe, en français, mais aussi en tifinagh et en espagnol, a constaté un photographe de Telquel.ma.

« Je demande mon droit seulement » ; « Je ne suis pas un terroriste, mais un enseignant stagiaire », « non à la répression, non à l’humiliation » ; « la dignité du professeur d’abord », pouvait-on lire sur ces pancartes.

Des manifestations organisées simultanément dans plusieurs villes du Maroc  le 7 janvier  avaient été dispersées par la force par la police. Des images de manifestants blessés, certains le crâne en sang, ont suscité un vaste mouvement d’indignation sur les réseaux sociaux, mais aussi dans les rangs de l’opposition qui a réclamé des explications au gouvernement.

Lire aussi: La fronde des professeurs stagiaires expliquée en moins de 10 minutes

Le ministre de l’Intérieur a accusé les manifestants de « défier et de provoquer les forces de l’ordre », assurant que leur manifestation n’avait pas reçu d’autorisation préalable comme le précise la loi. « Il y a une cinquantaine de manifestations chaque jour au Maroc sans que la police n’intervienne », a expliqué le ministre de l’Intérieur Mohammed Hassad, avertissant que d’éventuelles nouvelles manifestations non autorisées de ce groupe seront interdites.

Lire aussi: Benkirane était au courant de l’interdiction des manifestations des enseignants stagiaires

La Coordination nationale des enseignants stagiaires a pour sa part annoncé lors d’une conférence de presse le 13 janvier la poursuite de leur mouvement de protestation, avec l’organisation d’une marche nationale le 17 janvier.

Lire aussi: Les enseignants stagiaires prévoient une marche nationale le 17 janvier

Ils réclament l’annulation de deux décrets : le premier prévoit l’organisation de concours pour l’embauche des futurs enseignants et le deuxième abaisse les bourses mensuelles qui passent de 2450 dirhams à 1.200 dirhams.

 

Crédit: Yassine Toumi

Crédit: Yassine Toumi

Crédit: Yassine Toumi

Crédit: Yassine Toumi

Crédit: Yassine Toumi

Crédit: Yassine Toumi

Crédit: Yassine Toumi

Crédit: Yassine Toumi

article suivant

Le match de gala de la Marche verte ou le patriotisme bling-bling prêché dans le désert

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.