Le nouveau port de Kénitra remis à flot par l’arrivée de PSA

Un premier appel d’offres pour la réalisation du futur port Kénitra-Atlantique a été lancé, pour une inauguration en 2021.

Par

L'actuel port de Kénitra. Crédits : MAP

Le ministère de l’Équipement a émis un premier appel d’offres pour la réalisation du futur port Kénitra-Atlantique. Il s’agit pour l’heure de sélectionner une entreprise pouvant apporter une assistance technique au ministère pour l’accompagnement des marchés. Deux autres appels d’offres émis au cours de l’année permettront de sélectionner la ou les entreprises qui conduiront les travaux. À 24 kilomètres au nord de l’embouchure de l’Oued Sebou, le budget pour ce futur port international en eaux profondes est estimé à huit milliards de dirhams, dont cinq pour la première tranche.

Port-Peugeot

Prévu dans le cadre de la vision portuaire 2030 finalisée par le ministère de l’Équipement et l’Agence Nationale des Ports (ANP) en 2011, le projet a repris du souffle depuis la confirmation en juin de l’arrivée d’une usine PSA Peugeot-Citroën dans la région. « Les études étaient déjà à un stade avancé, lorsque l’installation de PSA a été confirmée », nuance Sanae Elamrani, chef de la Division de la planification et des financements de la Direction des ports du ministère de l’Équipement, qui concède néanmoins que l’installation d’un industriel consolide un tel projet. À terme, le constructeur automobile devrait produire 200 000 véhicules par an.

Le futur port de Kénitra tel que prévu dans "la stratégie portuaire nationale à l'horizon 2030".
Le futur port de Kénitra tel que prévu dans « la stratégie portuaire nationale à l’horizon 2030 ».

Néanmoins, lors de l’ouverture de l’usine PSA prévue en 2019, le terminal routier de Kénitra-Atlantique ne sera pas encore finalisé. « Nous avons les crédits pour engager le marché dès 2016, les travaux devraient donc être entamés début 2017. Pour une telle infrastructure, il faut ensuite compter 4 ans de travaux », explique Elamrani. La première tranche, avec ses deux digues et ses deux terminaux, devrait donc être livrée en 2021. Durant ce laps de temps, PSA devrait utiliser le port de Tanger, déjà en partie exploité par Renault, pour exporter sa production.

Capter les opportunités

Outre un terminal roulier pour les automobiles donc, un terminal vraquier est prévu. Y passeront surtout des céréales ainsi que des hydrocarbures raffinés, y compris le butane, mais également de marchandises diverses qui transitent pour l’instant par Casablanca. « C’est un port pour capter les opportunités. On attend l’installation de quelques industries agroalimentaires, notamment sucrières, mais aussi navales pour qui le port de Kénitra pourrait être un atout. »

L’actuel port fluvial de Kénitra, fermé pour décrépitude, pourrait quant à lui devenir un port de plaisance. Avec la déserte du TGV, les connexions au réseau de transports se multiplient à Kénitra, dont Abdelaziz Rabbah, ministre de l’Équipement est également maire.  « Le ministre est effectivement très sensible à ces questions, mais ça n’a pas forcément de lien avec son mandat d’élu local. Un ministre exerce un mandant de cinq ans, tandis que les équipes restent, quelle que soit l’appartenance territoriale du ministre », conclut-on au ministère de l’Équipement.

 

article suivant

Les 10 commandements de la CGEM pour la mise en oeuvre du nouveau modèle de développement