Masen ou la montée en puissance de Mustapha Bakkoury

Masen ou la montée en puissance de Mustapha Bakkoury

Masen vient de se voir attribuer de nouvelles prérogatives qui en font l'acteur majeur du secteur des énergies renouvelables.

Par

Mustapha Bakkoury et Mohammed VI au lancement du chantier de Nour I. Crédit : AFP

Suite à la session de travail consacrée au secteur de l’énergie, en présence des plus hauts responsables du secteur qui s’est tenue au Cabinet royal de Casablanca, samedi 26 décembre, le secteur de l’énergie et plus particulièrement celui des énergies renouvelables vient de connaître un tournant décisif.

Masen (l’Agence marocaine de l’Energie solaire) et le président de son directoire Mustapha Bakkoury se sont vus attribuer des prérogatives et un domaine de compétences considérablement élargies. Selon le communiqué du Cabinet royal, le roi Mohammed VI a demandé aux «différents acteurs concernés que le pilotage des énergies renouvelables, notamment solaires, éoliennes et hydroélectriques, soit désormais assuré par Masen». Ainsi c’est tout le secteur des énergies renouvelables qui tombe sous la coupe de Masen et non plus seulement le solaire.

Et pour redistribuer un peu plus les cartes, l’Office National de l’Electricité et de l’Eau  Potable (l’ONEE) passe sous tutelle de Masen, pour le volet énergie renouvelable. L’objectif étant d’améliorer la gouvernance de tout le secteur et la recherche de plus de synergie et d’efficacité.

Mais il semble que ce repositionnement ait été pré-acté, il y’a quelques semaines, le 13 octobre lorsque le roi avait présidé au Palais de Tanger, une séance de travail consacrée au secteur énergétique et notamment au programme national de développement des énergies renouvelables. Et, comme pour la réunion de Casablanca, on y retrouve exactement les même hauts responsables aux rangs desquels, nos deux principaux acteurs de cette reconfiguration du secteur des énergies renouvelable, Mustapha Bakkoury et Ali Fassi-Fihri l’actuel directeur de l’ONEE. C’est ce même jour, à Tanger que le roi avait demandé à ce que lui soit remis dans un délai d’un mois une réflexion globale quant à la stratégie devant permettre de réaliser une plus grande synergie entre les différents acteurs concernés. Ce qui a été chose faite samedi 26 décembre actant ainsi définitivement la montée en puissance de Masen. Le partage des compétences et des prérogatives étant clairement redessiné, quid du finanement? Masen verra t’il son budget augmenter à la mesure de ses nouvelles attributions. Et surtout qui sera le pourvoyeur de ce financement? Autant de questions auxquelles devra répondre Mustapha bakkoury qui depuis ce samedi 26 décembre reste injoignable.

Lire aussi: Inauguration de Noor Ouarzazate: Un report et des questions

article suivant

Six pépites de mauvaise gouvernance glanées dans le dernier rapport de la Cour des Comptes

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.