Le procès de Monjib et d'autres activistes reporté au 27 janvier

Un procès marqué par l’absence de Monjib, Iach et Mansouri. Ce dernier n’a pas été transféré de la prison à la cour.

Par

La première audience du procès de Mâati Monjib est des autres activistes s’est tenue le 19 novembre au tribunal de première instance à Rabat. Le procès a finalement été reporté au 27 janvier prochain.

Maria Moukrim, poursuivie aussi dans le cadre de ce procès, s’est assurée les services de l’avocat Taïb Omar. Mâati Monjib, Samad Iach, Hicham Mansouri, Hisham Almiraat, et Rachid Tarik seront défendus par Abderahmane Benameur, Abderrahim Jamaï, Abdelaziz Nouidi et Mohamed El Messaoudi. Mohamed Sber, président de l’AMEJ (Association marocaine de l’éducation et de la jeunesse) est lui défendu par des avocats de sa propre association.

Le procès a été marqué par l’absence de Mâati Monjib, Samad Iach et Hicham Mansouri. Le premier avance comme raison « une conférence scientifique qu’il préparait depuis plusieurs mois« , nous assure son proche entourage. Les même sources nous ajoutent que Samad Iach, qui était également frappé d’une interdiction de sortie du territoire, a pour sa part « un stage qu’il a repoussé à plusieurs reprises mais il a été finalement obligé de s’y rendre« . Hicham Mansouri, quant à lui, n’a pas été transporté de la prison par les autorités afin d’assister au procès.

Les mêmes sources avancent que Monjib est Iach seront présents lors de la prochaine audience. L’historien est poursuivi « dans une affaire en relation avec des irrégularités financières alors qu’il gérait un centre d’études » avaient expliqué les autorités dans un communiqué. Il était frappé d’une interdiction de sortie du territoire, qu’il avait contesté en organisant une grève de la faim.

article suivant

Premiers téléviseurs à intelligence cognitive au monde - Les téléviseurs Sony BRAVIA XR sont désormais disponibles au Maroc