Badr Hari se rend en prison pour parler aux détenus

Badr Hari, kickboxeur néerlando-marocain, est venu rendre visite aux prisonniers de Kénitra, le temps d'une conférence.

Par

Le kickboxeur hollandais, d’origine marocaine Badr Hari, se trouvait cette semaine à la prison de Kénitra, où il s’est adressé à un parterre de détenus. Il les a incités à « garder espoir » et leur a conseillé de se battre pour réaliser leurs rêves.

Lui-même passé par la prison en 2012, pour coups et blessures volontaires sur le milliardaire Koen Everinck, il se sert de son expérience personnelle pour s’adresser aux détenus.

Cette prise de parole intervient dans le cadre d’une opération sensibilisation en milieu carcéral, en présence notamment de la diva Latifa Raafat et de la Wali de la région du Gharb-Chrarda, Zineb El Adaoui.

article suivant

Guedra Guedra : “Décoloniser les pistes de danse en proposant une musique contemporaine loin du kitsch, de la nostalgie, de l’exotisme”