Colocations étudiantes au Maroc: mode d’emploi

Colocations étudiantes au Maroc: mode d’emploi

De la recherche du logement à la vie en communauté en passant par la signature du bail, voici quelques conseils pour que votre expérience de colocation se passe bien.

Par

Dans le film français L'Auberge espagnole Xavier découvre les joies de la colocation à Barcelone.

Le bac en poche, des milliers de Marocains s’apprêtent à faire le grand pas dans la vie étudiante. Certains d’entre eux vont en même temps quitter le foyer familial, en emménageant en colocation par exemple. Plus économe et a priori sympa, cette solution peut parfois se transformer en véritable calvaire. Mode d’emploi pour réussir cette expérience.

Contrat ou pas ?

La location est régie par la loi 67-12 qui précise la nécessité de signer un contrat écrit entre le locataire et le propriétaire. Il n’existe pas de bail type pour les colocations mais il est toujours possible d’inscrire plusieurs colocataires dans le contrat. Le propriétaire peut demander d’instaurer une clause de solidarité entre les colocataires; dans ce cas là, si l’un d’entre eux ne paie pas, le bailleur peut se retourner contre les autres. Le dépôt de garantie ne peut pas s’élever à plus de deux mois et le loyer ne peut être augmenté qu’à certaines conditions.

Dans la loi, la sous-location est interdite, hormis si le propriétaire est tenu au courant. Dans les faits, il s’agit d’une pratique très répandue. Beaucoup de colocataires ne sont donc pas liés juridiquement aux autres habitants du logement ou au propriétaire. Dans ce cas là, mieux vaut blinder les conditions de la colocation à l’avance et si possible s’installer avec quelqu’un de confiance.

Comment trouver ?

Si le bouche à oreille a fait ses preuves, en plus des agences immobilières (dont les services sont bien sûr payants), il existe de plus en plus de sites permettant aux jeunes à la recherche de colocation d’entrer en contact avec ceux qui proposent une chambre. Certains sont spécialisés tels colocataires.ma et d’autres généralistes de la petite annonce. Aussi, Facebook est une vraie mine d’annonces.

Le site colocataires.ma a pour avantage de proposer de nombreux critères de recherche, hormis les classiques loyer et quartier : balcon, machine à laver, wi-fi, climatiseur… Bémol : les annonces ne s’affichent pas par date de publication, l’internaute se retrouve donc parfois à « baver » devant des logements qui ne sont plus disponibles depuis des mois. Attention, il faut se créer un compte sur le site pour accéder aux coordonnées de l’annonceur.

Avito.ma peut aussi se rendre utile pour trouver une coloc. Ses avantages : le nombre d’annonces (des dizaines par semaine pour un quartier donné). Son inconvénient : beaucoup d’annonces sont dépourvues de photos.

Pour pratiquement chaque ville du Maroc, il existe une page Facebook répertoriant les offres et recherches de colocation. Il suffit d’envoyer une demande d’ajout, en général acceptée très rapidement. Des dizaines d’annonces y sont postées chaque jour mais attention, certains groupes comptabilisent des milliers de membres, les offres partent donc parfois très vite. Malheureusement, beaucoup ont la manie de poster des annonces sans préciser le montant du loyer.

Si L’Auberge espagnole vous fait rêver, vous pouvez épiez les réseaux sociaux d’étrangers installés au Maroc, comme par exemple la page Facebook Expatriés Casablanca.

article suivant

Après sa marche arrière, le Lesotho réaffirme sa neutralité sur le dossier du Sahara

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.