Mustapha Ramid: «Je n'ai rien contre la rupture du jeûne pendant le ramadan»

Mustapha Ramid: «Je n'ai rien contre la rupture du jeûne pendant le ramadan»

Pour Mustapha Ramid, la pénalisation de la rupture du jeûne pendant ramadan survient afin que « les citoyens ne réagissent pas violemment à l'égard des dé-jeûneurs ».

Par

Mustapha Ramid était l’invité du Forum de la dignité, organisé en partenariat avec la Fondation Hanns Seidel le jeudi 7 mai afin de discuter de l’avant-projet de réforme du Code pénal. Le ministre de la Justice et des libertés a précisé que « la rupture du jeûne en public ne le dérangeait pas ».

Lire aussi : Pour Fizazi, les dé-jeûneurs ont le droit de revendiquer

Pour lui, « c’est une affaire personnelle qui ne concerne que l’individu et son créateur ». Pour argumenter la pénalisation de la rupture du jeûne en public pendant ramadan, Mustapha Ramid a expliqué que « certaines personnes peuvent commettre tout genre d’interdits mais n’acceptent pas que quelqu’un rompe le jeûne en leur présence ». C’est pour cela que « les autorités interviennent puisque si cet acte est dépénalisé, certains citoyens peuvent réagir violemment ».

Lire aussi : Un collectif demande la protection des dé-jeûneurs du ramadan

Timothée Le Puil

article suivant

Ce qui va changer pour les droits d'auteur

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.