Arrestation à Rabat d'un mafieux et trafiquant de drogue italien

La police italienne confirme l'arrestation ce dimanche 12 avril à Rabat d'un important trafiquant de drogue italien, Marco Rollero, en fuite depuis 2010.

Par

Le bureau du BCIJ à Rabat.
Le bureau du BCIJ à Rabat. Crédit: AFP

Ce dimanche 12 avril, un communiqué du Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ), relayé par la MAP, a annoncé l’arrestation d’un trafiquant de drogue Italien à Rabat. Le texte précise qu’il faisait l’objet d’un avis de recherche international relayé par Interpol, qu’il séjournait au Maroc sous une fausse identité et qu’il possédait un passeport falsifié. Le BCIJ indique que l’homme a été arrêté à Rabat «après que les investigations sur le terrain et les opérations de filature et de surveillance aient permis de déterminer sa véritable identité et de le localiser».

Une information confirmée ce lundi par la police italienne, qui indique que les enquêteurs italiens l’ont identifié au Maroc et «ont transmis l’information aux autorités locales, qui ont procédé à l’arrestation».

Marco Rollero travaillait pour la mafia calabraise

Selon la police italienne, l’homme, qui s’appelle Marco Rollero, est recherché depuis 2010, après une condamnation à six ans de prison. Il est inscrit sur la liste des 100 fugitifs les plus dangereux de la péninsule. La police italienne le soupçonne d’être «un broker mondial de la drogue», spécialisé sur l’axe Amérique Latine-Maroc, où il s’était réfugié pour échapper aux autorités italiennes. Cet homme de 60 ans travaillait essentiellement pour des familles de la N’drangheta, la mafia calabraise, mais avait aussi dans le passé proposé ses services à des groupes de Cosa Nostra, la mafia sicilienne, assure la police.

1 000 Kg de drogue du Maroc vers l’Italie chaque semaine

Selon les enquêteurs, Marco Rollero était «en mesure d’envoyer chaque semaine environ 1 000 kg de drogue du Maroc vers l’Italie, de la cocaïne en provenance d’Amérique Latine et du haschich en provenance d’Afrique».

Selon le quotidien arabophone Assabah, il se faisait passer pour un homme d’affaires respectable et avait subi plusieurs opérations de chirurgie esthétique pour modifier son apparence.

Avec agences

article suivant

“Non au pass vaccinal” : de la rue au Parlement, levée de boucliers dès le premier week-end d’application