«Au nom du temple»: sionisme religieux et colonisation de la Palestine

«Au nom du temple»: sionisme religieux et colonisation de la Palestine

A l’aide de témoignages exclusifs et d'archives rares, Charles Enderlin réalise un documentaire qui décrit le développement du sionisme religieux.

Par

Crédit : Mosquée d'Al-Aqsa, dôme du rocher et mur des lamentations. Crédit : Berthold Werner/Wikipedia.

Le célèbre correspondant de France 2 en Israël Charles Enderlin réalise un documentaire historique sur la montée du messianique religieux qui offre des clefs pour comprendre ce qu’il se passe actuellement en Israël et pourquoi Benjamin Netanyahu y a été reconduit à la tête de l’exécutif. Ce documentaire nommé Au nom du temple est issu du livre que le journaliste a publié il y a deux ans. Il y raconte la dérive nationaliste et religieuse israélienne et montre en quoi l’alliance du sionisme religieux et de la droite annexionniste a radicalement changé, en seulement quatre décennies, les données du conflit au Proche-Orient.

Lire aussi : Élections : Israël « a choisi la voie de l’occupation », pas de la négociation

Le documentaire montre, qu’au nom de la conquête de ce qui est pour eux la terre d’Israël, les rabbins nationalistes ont envoyé leurs disciples coloniser la Cisjordanie et Gaza. Combattant toutes les initiatives de paix, ils veulent passer à l’étape suivante et préparent la construction d’un nouveau Temple juif à la place d’Al Aqsa, troisième lieu saint de l’islam. Pour les partisans de cette ligne, il s’agit d’un « jugement de l’histoire ».

Assassinat de Yitzhak Rabin, attentats islamistes, avènement du Likoud, rencontre de Camp David : Au nom du temple revient en 66 minutes sur les principaux événements qui ont rythmé l’histoire de la région, pour aboutir à la triste conclusion selon laquelle parvenir à un accord sur la création d’un État palestinien est impossible.

La diffusion de ce documentaire sur une chaîne publique française est très critiqué par certains sites pro-israéliens. Sur le site Juif.org par exemple, on lit : « La chaîne de télévision généraliste française de service public, France 2, s’apprête à diffuser mardi soir Au nom du Temple, un documentaire antijuif de son controversé correspondant à Jérusalem, Charles Enderlin. » Ou encore : « Alors que les jihadistes de l’État islamique et d’Al Qaïda mettent le Proche et le Moyen-Orient à feu et à sang, que des minorités sont massacrées et victimes d’un génocide, et que la haine des Juifs tue en France pour « venger les Palestiniens », le service public français diabolise (encore) les juifs israéliens ».

Lire aussi : Un journaliste américain quitte son emploi après avoir critiqué Israël

Ce documentaire sera diffusé le 31 mars à 23h40 sur France 2 mais , accompagné d’une longue interview de Charles Enderlin sur le contexte politique israélien actuel.

Lire aussi : Nabil Ayouch : Peuple d’Israël, lève-toi !

article suivant

Abdelilah Benkirane : véhémence, tacles et vitriol

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.