Secteur avicole: la surproduction entame le chiffre d’affaires

Secteur avicole: la surproduction entame le chiffre d’affaires

La production de viande de volaille et d’œufs s’accroit, mais le chiffre d'affaires s'effrite. La surproduction menace.

Par

Poulets

AFP

Pour l’année 2014, le secteur avicole (viande de volaille et œufs) a connu une baisse de son chiffre d’affaires. Celui-ci est passé de près de 30 milliards de dirhams en 2013 à 28 milliards de dirhams en 2014, soit une baisse d’environ 2 milliards de dirhams. Pourtant, le secteur a davantage produit en 2014 : la production de viande de volaille est passée de 495 000 tonnes en 2013 à 534 000 tonnes en 2014, soit une augmentation de 39 000 tonnes.

viande volaille-evolution-credit-Association Nationale des Producteurs des Viandes de Volailles- APVCrédit : Association nationale des producteurs de viandes de volailles (APV)

La production d’œufs est, quant à elle, passée de 4,5 milliards d’unités en 2013 à 5 milliards en 2014.

Credit : Association-Nationale-des-Producteurs-dŒufs-de-Consommation-ANPO.Crédit : Association nationale des producteurs d’œufs de consommation (ANPO).

Contacté par Telquel.ma, Chaouki Jerrari, directeur de la Fédération interprofessionnelle du secteur avicole (Fisa), explique ce paradoxe :

Le secteur a connu une forte augmentation des productions avicoles en 2014 par rapport à 2013 : + 9% pour la viande de poulet de chair et + 11% pour les œufs de consommation. Cette situation a créé un déséquilibre entre l’offre et la demande, entraînant la chute des prix de vente à la ferme du poulet et des œufs respectivement de 7 % et 16 % .

Les investissements stimulent la concurrence

La hausse des productions agricoles s’explique par une légère hausse des investissements cumulés dans le secteur, évaluée à 400 millions de dirhams, passant donc de 10 milliards de dirhams en 2013 à 10,4 milliards de dirhams en 2014. Ces investissements, qui portaient sur les infrastructures, ont entraîné à leur tour une augmentation des capacités de productions.

« Les capacités de production avicole installées sont utilisées à hauteur de 70 %. Ceci explique la forte concurrence qui existe entre les opérateurs du secteur dans un marché de plus en plus difficile », indique le responsable de la Fisa.

Toutefois, le responsable de la Fédération explique que cette situation ne peut être résolue que par le marché :

Nous ne pouvons pas intervenir au niveau de l’offre. Il  s’agit avant tout d’une concurrence loyale entre les producteurs .

Exporter vers l’Afrique

Les professionnels du secteur de la production de viandes de volaille ont en effet rappelé, lors d’une conférence de presse organisée le 20 février dernier à Mohammedia, que l’essor du secteur est tributaire de l’évolution de la la consommation. La consommation annuelle de viande de volaille par individu est en effet passée de 2,3 kg dans les années 1970 à près de 17 kg en 2014.

Lire aussi : Conso. Bibi king

Crédit-Association-Nationale-des-Producteurs-des-Viandes-de-Volailles-APVCrédit : Association nationale des producteurs de viandes de volailles (APV)

Toutefois, ils ont fait observer que cette moyenne de consommation par personne demeure faible par rapport à d’autres pays comme la France (23 kg/personne), l’Arabie saoudite (40,7 kg/personne) ou l’Espagne (27 kg/personne).

conso-hbt-Credit-Crédit : Association nationale des producteurs de viandes de volailles (APV)

Le secteur de production de viandes et volailles a, de ce fait, assuré quelque 105 000 emplois réguliers et 200 000 emplois indirects dans les domaines de la distribution et de la commercialisation.

Pour ce qui est des œufs, sa consommation par habitant et par année au Maroc est passé de 70 unités en 1995 à 168 unités en 2014.

Crédit : Association-Nationale-des-Producteurs-dŒufs-de-Consommation-ANPOCrédit : Association nationale des producteurs d’œufs de consommation (ANPO).

Le 20 février, les représentants de l’Association nationale des producteurs des viandes de volailles ont également souligné que le Maroc a atteint l’autosuffisance en matière de production de viandes blanches et qu’il s’apprête à entamer l’exportation des produits avicoles, notamment vers l’Afrique.

Lire aussi : 4 idées pour mettre la technologie au service du développement du Maroc (y compris via la filière avicole)

article suivant

Ce qui va changer pour les droits d'auteur

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.