Quand Hassan II s'essayait au discours en anglais

Quand Hassan II s'essayait au discours en anglais

En 1978, Hassan II rend une visite officielle aux Etats-Unis, où il est accueilli par le président Jimmy Carter, qui a considérablement réduit les ventes d'armes au Maroc cette année-là.

Par

Le roi Hassan II et le président des Etats-Unis Jimmy Carter.
Le roi Hassan II et le président des Etats-Unis Jimmy Carter. Crédit: Getty Images

Dans ce reportage de la télévision nationale publié par le compte YouTube FARMAROC, on suit la visite du roi, accompagné du prince héritier, mais aussi de Moulay Rachid, Moulay Abdallah, Lalla Aïcha, et de plusieurs ministres et conseillers.

Les 14 et 15 novembre 1978, Hassan II enchaîne les rencontres avec le président démocrate Jimmy Carter, il est invité à dîner à la Maison-Blanche, les relations semblent être au beau fixe.

Réduction drastique des ventes d’armes américaines au Maroc en 1978

Mais alors que dans son discours de bienvenue, Jimmy Carter a salué le  « courage » du monarque, notamment pour son soutien aux accords de Camp David entre le président égyptien Anouar el-Sadate et le Premier ministre israélien Menahem Begin, Hassan II a appelé le président américain à ouvrir une « nouvelle page dans les relations américano-marocaines ».

Juste avant, il avait déclaré « Pour nous les petits pays, cette philosophie et cette politique (de promotion des droits de l’Homme, ndlr) sont très importantes, parce que nous n’avons pas d’armes, nous n’avons pas votre armée (américaine) ».

Il faut dire qu’en 1978, Jimmy Carter a drastiquement réduit les ventes d’armes au Maroc, les réduisant à 10 millions de dollars tout en imposant des restrictions: elles ne doivent pas être utilisées au Sahara. A noter que dans un contexte de Guerre froide, lorsque Hassan II a menacé de se tourner vers l’URSS pour se fournir en armes, Jimmy Carter a de nouveau augmenté les ventes d’armes (pour un montant de plus de 200 millions de dollars).

« Excusez-mon très mauvais discours »

De manière plus anecdotique, la visite officielle du roi a été marquée par les deux discours qu’il a prononcés en anglais. Le reportage ne montre cependant que quelques secondes de son premier « speech », en réponse au discours de bienvenue de Jimmy Carter devant la Maison-Blanche. Car Hassan II ne manie pas la langue de Shakespeare avec aisance. D’ailleurs, il ne manque pas de s’excuser ou de plaisanter, dans ses discours, sur ses fautes.

Il commence son premier discours par « Ma visite est marquée par ma considération, mon amitié, mais aussi mes fautes en langue anglaise« . Et il termine son deuxième discours après le dîner de gala à la Maison-Blanche par « Excusez-mon très mauvais discours« .  

Autre curiosité du reportage: le spectacle de danse donné à l’issue du dîner de gala à la Maison-Blanche, qui comprend un numéro de danse contemporaine. Un spectacle que le commentateur n’hésite pas à présenter comme « du folklore américain« , qui -parce que la danseuse est d’origine afro-américaine- provient du folklore africain.

article suivant

Six pépites de mauvaise gouvernance glanées dans le dernier rapport de la Cour des Comptes

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.