Dubsmash, l'application de playback qui fait fureur

Dubsmash, l'application qui permet de se filmer en faisant un playback sur une bande sonore célèbre, bat tous les records.

Par

Vous l’aurez remarqué, Dubsmash a envahi vos fils d’actualité sur les réseaux sociaux. Le playback n’a jamais eu aussi bonne réputation qu’avec cette application. Le concept ? Se faire filmer en train de doubler des citations de films, des chansons ou autres émissions télévisées. Le résultat est souvent rigolo, en témoignent les millions de vidéos publiées sur les réseaux sociaux.

Lancée le 18 novembre dernier par trois jeunes entrepreneurs allemands, l’application a provoqué un véritable raz-de-marrée en à peine un mois. Plus d’un million d’adeptes dans le monde ont téléchargé l’application sur Android. Le secret de sa réussite ? Certainement le fait que les vidéos provoquent l’hilarité générale et qu’elles peuvent être directement uploadées sur divers réseaux sociaux.

De plus, la bibliothèque de sons de Dubsmash est bien fournie et peut être enrichie à l’infini pas les différentes contributions des adeptes. Minutieusement classées en catégories, on y trouve de tout : comédies romantiques, films et séries culte, héros d’enfance et rap français, entre autres. C’est ainsi que l’on peut doubler un rap grossier de Booba, reprendre des expressions cultes de Astérix et Obélix ou se prendre pour Nabilla Benatia le temps d’un « Allô ? Non mais allô quoi ! ».

Au Maroc, si les statistiques officielles ne sont pas disponibles, les réseaux sociaux témoignent d’un réel engouement. Les œuvres finissent partagées sur les réseaux sociaux pour les audacieux et en privé pour les plus timides.

Mais tout ne s’annonce pas comme prévu pour l’application. Une mois après son lancement, Dubsmash voit déjà les premières vidéos des utilisateurs censurées par YouTube. Le hic ? Dubsmash ne dispose pas des droits d’auteur des extraits sonores utilisés. Le prétexte de la courte durée des sons ne peut même pas jouer en la faveur de l’application, vu que cette possibilité s’offre uniquement aux « extraits sonores utilisés à titre informatif ou pédagogique ».

article suivant

L'annonce de certaines mesures dernièrement ne signifie guère la levée de l’état d’urgence sanitaire (Laftit)