L’appel d’offre pour l’octroi de licence pour la 4G bientôt lancé

L’appel d’offre pour l’octroi de licence pour la 4G bientôt lancé

Les opérateurs Télécoms pourront à partir du 17 novembre présenter leur candidature pour l'appel à concurrence pour l'octroi d'une licence 4G.

Par

4G
Crédit : DR

L’Agence nationale de règlementation des télécommunications (ANRT) a indiqué qu’elle va lancer « un appel à concurrence pour l’octroi de licences pour l’établissement et l’exploitation de réseaux de télécommunications utilisant les technologies mobiles de 4e génération (4G), le 17 novembre 2014 ». L’annonce a été faite, lundi 10 novembre, par l’ANRT dans un communiqué.

Selon cette dernière, la 4G permettra à l’utilisateur mobile « d’accéder, aisément et avec un faible temps de latence, à des services comme le streaming en haute définition, les appels en visio, etc ». De même, elle permettra d’offrir des services à des débits plus élevés que ceux de la 3G, pouvant atteindre un débit de 300 mégaoctets par seconde. Cette nouvelle technologie promet d’offrir une meilleure qualité d’écoute et de conversation sur les mobiles, note le communiqué.

Les limites de la 4G

L’ANRT note également que cette technologie peut, pour les entreprises marocaines, « constituer un vrai levier de performance grâce à la virtualisation des espaces de travail à des niveaux importants en raison de la fluidité, rapidité et convivialité des échanges ».

Cependant, la Direction des études et des prévisions financières (DEPF), qui dépend du ministère de l’Économie et des finances, avait noté en mars dernier que l’introduction de la 4G pouvait également montrer des limites. Dans son rapport intitulé Déploiement de la téléphonie mobile de 4e génération au Maroc : opportunités et défis, la DEPF révèle que la prépondérance des forfaits prépayés sur le marché national des télécoms devrait rendre la diffusion des terminaux 4G « plus difficile ».

La DEPF a également cité comme autre obstacle le prix des équipements réseaux. N’étant pas produits localement, leur importation entraînera un accroissement des ressources consacrées à l’acquisition des technologies étrangères et impactera le déficit de la balance des paiements.

article suivant

Les logorrhées d'El Othmani à Marrakech

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.