Les deux Marocaines bloquées au Burkina Faso sont hors de danger

Les deux Marocaines bloquées au Burkina Faso sont hors de danger

Deux Marocaines sont restées plusieurs heures cloîtrées dans un hôtel assiégé de Ouagadougou. Elles sont maintenant dans la résidence de l’ambassadeur du Maroc.

Par

Les manifestants réclament le départ du président Blaise Compaoré. Crédit : Issouf Sanogo/AFP.

Le 30 octobre, deux cadres du Comité national des droits de l’Homme (CNDH) sont restées bloquées dans leur hôtel pendant plusieurs heures alors qu’il était assiégé par des manifestants. Elles sont maintenant hors de danger, dans la résidence de l’ambassadeur du Maroc.

Le fils de celui-ci, Imad Bouazza, nous donne des précisions sur l’événement : « Des gens sont rentrés dans leur chambre, elles se sont alors enfermées dans leur salle de bain ». Il nous raconte leur évacuation de l’hôtel : « Elles ont fait tout leur possible pour contacter l’ambassadeur et ensuite l’exfiltration de l’hôtel s’est faite avec les moyens du bords. Les ambassades marocaines n’ont pas de véhicules blindés, de casques etc. ».

Il nous raconte que terrorisées, les deux femmes n’osaient même pas sortir de leur abri : « L’ambassadeur a envoyé un chauffeur mais elles ne voulaient pas lui ouvrir la porte. Il a dû appeler l’ambassadeur pour qu’elles entendent parler arabe et qu’elles soient rassurées ».

Les deux femmes sont toujours dans la résidence de l’ambassadeur en attente de la réouverture de l’espace aérien, « qui ne semble pas être d’actualité » nous précise Imad Bouazza.

article suivant

En pleine réforme fiscale, Omar Faraj quitte la DGI

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.