« Je suis un Libérien, pas un virus »

« Je suis un Libérien, pas un virus »

Les afro-américains lancent une campagne sur les réseaux sociaux pour lutter contre la stigmatisation des personnes originaires du Liberia à cause de l’épidémie Ebola.

Par

L'une des photos postées sur Twitter.

Aux Etats-Unis comme ailleurs, la crainte du virus Ebola est bien présente. Cette phobie dommage directement la communauté libérienne précisément et afro-américaine en général, qui deviennent stigmatisées. En signe de protestation, la campagne IamALiberianNotAVirus (« Je suis un Libérien, pas un virus », en français) se répand sur les réseaux sociaux.

virus.liberia

Le photographe et présentateur de télévision Shoana Salomon est à l’initiative de cette campagne. Dans le journal britannique The Guardian, il raconte que sa nièce, parce qu’elle avait éternué une ou deux fois à l’école, s’est vue placée dans une pièce à part. L’établissement lui a pris sa température avant de demander à ses parents de la retirer de l’école temporairement. Pourtant, cette jeune fille n’a jamais mis les pieds au Liberia.

Un autre américano-libérien raconte à ABC News :  » Quand ils te demandent d’où tu viens et que tu dis Liberia, ils te tournent le dos « . Un autre confie au WashingtonPost qu’il ne parle plus dans le bus de peur que l’on reconnaisse son accent.

La vidéo Youtube a été vue plus de 24 000 fois depuis sa mise en ligne le 13 octobre. Le hashtag #IamALiberianNotAVirus a lui aussi été repris des milliers de fois sur Twitter.

 

article suivant

Hervé Renard quitte officiellement les Lions de l’Atlas

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.