En Turquie, le rêve de Maison blanche d'Erdogan irrite

En Turquie, le rêve de Maison blanche d'Erdogan irrite

La construction d’un palais aux dimensions titanesques par le président turc Recep Tayyip Erdogan a causé le mécontentement des défenseurs de l'environnement.

Par

Erdogan
Le président turc Recep Tayyip Erdogan. Crédit : DR

Depuis son accession à la présidence turque, Recep Tayyip Erdogan ne cesse d’alimenter les polémiques dans son pays. La dernière controverse en date est la construction d’un nouveau palais présidentiel qui a soulevé des protestations au pays du Bosphore.

Le chef d’État a ordonné la construction d’un palais aux dimensions titanesques (plus de 200 000 mètres carrés) où il compte emménager avec sa famille. Le palais se situe dans les hauteurs d’Ankara, au milieu d’un terrain qu’Atatürk avait choisi pour y créer une ferme. Le choix du site, qui se trouve au milieu d’une zone forestière, a suscité la désapprobation des défenseurs de l’environnement. Le cinquième tribunal administratif d’Ankara a même ordonné la suspension des travaux de construction du palais, mais le gouvernement est passé outre.

Inspiration néo-seldjoukide et ottomane

L’architecture extérieure de la « maison blanche d’Erdogan » est d’inspiration néo-seldjoukide et l’intérieur est orné de motifs ottomans. Sa construction a coûté 350 millions de dollars (2,6 milliards de dirhams). Le futur locataire du palais l’a déjà nommé « « Ak Saray » (Palais blanc), appellation permettant de faire le lien avec l’AKP (parti de la justice et du développement). « Ak Saray » peut alors être compris comme palais de l’AKP » écrit Al Monitor. Le titre de presse turc Cumhuriyet affirme que « les étapes qui ont mené à la construction de ce palais ne sont qu’une longue suite d’infractions à la loi, à tel point que le Conseil d’État a jugé cette construction illégale ».

Erdogan a été à la tête du gouvernement turc pendant onze ans. Il a été élu le 10 août dernier président de la République au premier tour (avec 52 % des voix) d’un scrutin disputé pour la première fois au suffrage universel direct. Erdogan avait promis de renforcer les pouvoirs, jusque-là purement protocolaires, de sa nouvelle fonction en modifiant la constitution du pays.

Mehdi Chaïbi

article suivant

Abdelmadjid Tebboune est le vainqueur des élections présidentielles

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.