Tourisme: le Maroc "prend au sérieux" la baisse des réservations

Tourisme: le Maroc "prend au sérieux" la baisse des réservations

Le Maroc "prend au sérieux" la baisse des réservations touristiques depuis la France, à la suite de l'assassinat d'Hervé Gourdel en Algérie et de l'appel à une "vigilance renforcée" des autorités françaises, a souligné dimanche 12 octobre auprès de l'AFP le ministre du Tourisme, Lahcen Haddad.

Par et

Les réservations au Maroc ont chuté près de 50% tandis que 1 500 nuitées ont été annulées ou reportées en moins de 72 heuresCrédit : Yassine Toumi
Crédit : Yassine Toumi

Inquiets des menaces jihadistes, les Français semblent bouder les vacances vers les pays du Maghreb, en se reportant vers d’autres destinations comme l’Italie, l’Espagne continentale, les Canaries et la Grèce. Selon plusieurs responsables du secteur, la baisse avoisine 15% pour la Tunisie et le Maroc, deux destinations d’ordinaire privilégiées à cette période de l’année. « Nous prenons cette situation au sérieux et avons mis en place une cellule de veille qui a déjà commencé son travail », a déclaré à l’AFP M. Haddad. « Nous avons, en parallèle, entamé un travail de communication. Le mot d’ordre, c’est que nous prenons vraiment cette situation au sérieux (…). Ce travail va continuer durant les prochaines semaines« , a-t-il martelé.
Alors que les professionnels en France ont déploré une réaction « épidermique » après l’assassinat d’Hervé Gourdel en septembre par des jihadistes algériens ayant fait allégeance au groupe Etat islamique, le ministre marocain a estimé qu’il ne fallait « surtout pas céder à la panique ». »Le Maroc continue d’être un pays où la sécurité est garantie et il dispose, si besoin, de tous les moyens pour garantir la sécurité de ses citoyens et de ses visiteurs« , a-t-il avancé.
Avec près de deux millions de visiteurs par an, les Français constituent le premier contingent au Maroc, où le secteur du tourisme représente 10% du PIB.

Au début du mois, un responsable marocain de ce secteur avait fustigé une « décision émotionnelle très exagérée » des autorités françaises, en réaction à l’appel du Quai d’Orsay à une « vigilance renforcée » dans une quarantaine de pays dont le Maroc. Paris s’était justifié en soulignant que cet appel ne visait qu’une petite partie du territoire du royaume. « La quasi-totalité » du Maroc est en « vigilance normale », avait noté le porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

article suivant

Mohammed VI fait le point sur le remaniement avec El Othmani

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.