Une Iranienne arrêtée pour avoir voulu assister à un match de volley masculin

Une Iranienne arrêtée pour avoir voulu assister à un match de volley masculin

Crédit : page Facebook Free Ghoncheh Ghavami.

Une jeune Irano-Britannique arrêtée à Téhéran  après avoir voulu assister à un match de volley-ball masculin a débuté une  grève de la faim pour marquer les 100 jours de sa détention, a affirmé sa mère.

Ghoncheh Ghavami, âgée de 25 ans, avait été interpellée le 20 juin alors  qu’elle participait à un rassemblement de femmes voulant assister à une  rencontre de la Ligue mondial de volley-ball entre l’Iran et l’Italie. La jeune femme, relâchée au bout de quelques heures, avait été de nouveau  interpellée quelques jours plus tard. En septembre, un responsable judiciaire  avait indiqué que sa détention n’était pas liée au sport, sans donner d’autre  détail. Dans un message posté dimanche soir sur sa page Facebook, sa mère, Susan Moshtaghian, a indiqué que Goncheh Ghavami avait  décidé mercredi 8 octobre de ne plus s’alimenter. « Elle dit qu’elle en a assez de cette incertitude après 100 jours… Je ne  toucherai pas à la nourriture jusqu’à ce que Ghoncheh cesse sa grève de la  faim« , a-t-elle ajouté. Sa famille a lancé une campagne sur les médias sociaux pour demander sa  libération, et a évoqué son cas avec le ministère britannique des Affaires  étrangères.

« Elle n’a plus été interrogée depuis un moment mais sa détention n’a pas  pris fin« , a souligné Mme Moshtaghian, qui avait choisi de garder le silence « pendant 82 jours afin que ma fille innocente revienne à la maison« . « Mais elle n’est pas revenue et désormais sa vie et sa santé sont en  danger. Je ne me tairai pas plus longtemps« , a-t-elle affirmé.

Dans son message, elle précise qu’on a tenté de convaincre sa fille de  changer d’avocat et d’accepter de plaider coupable de nouvelles accusations. Son avocat, Mahmoud Alizadeh Tabatabaie, a refusé lundi de commenter  l’affaire, expliquant à l’AFP qu’il n’était pas autorisé à parler aux médias  étrangers. Le chef de la police nationale, le général Esmail Ahmadi Moghaddam, avait  expliqué en juin que la police ne pouvait « permettre la présence de femmes dans  les stades » car « la mixité dans les stades n’est pas encore dans l’intérêt  général« . L’accès aux stades de football est également interdit aux Iraniennes, officiellement en raison du comportement obscène de certains supporteurs  masculins.

AFP

article suivant

Le texte adopté par la Chambre des représentants

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.