Alcool: quels buveurs sont les Marocains ?

L'Organisation mondiale de la santé fait le point sur la consommation d'alcool à travers le monde. Quand ils consomment, les Marocains s'exposent davantage au risque de cirrhose du foie ou d'accidents de la route que les autres Maghrébins.

Par

Une rangée de bières Flag spéciale, la bière économique au Maroc
Steve Calcott / Flickr

Les Marocains boivent en moyenne 0,9 litre d’alcool pur par an, soit légèrement plus que la moyenne de la région Méditerranée orientale, dans laquelle le Maroc est inclus. Mais cette moyenne cache bien des disparités, que précise l’édition 2014 de l’état des lieux mondial sur l’alcool et la santé, que vient de publier l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Car ces chiffres diluent la réalité de la consommation d’alcool à l’échelle de la population, alors que l’étude précise qu’au Maroc, on compte 94,6 % de personnes ne consommant pas d’alcool (non consommateurs ou consommateurs n’ayant plus consommé depuis au moins 1 an). Un taux qui grimpe à 97,2 % chez les femmes, tandis que les hommes seraient 91,7 % à tourner le dos aux bouteilles selon l’OMS.

Cela coule de source : le taux d’alcool pur consommé par personne est en revanche plus important quand on considère la population des buveurs ; là, l’OMS calcule qu’en levant le coude, les Marocains (de plus de 15 ans) ingèrent 17,1 litres d’alcool pur par an. Avec des disparités hommes-femmes extrêmement marquées, puisque ce volume grimpe à 22,1 litres pour les hommes, contre 3,2 litres seulement pour les femmes.

Au Maroc, des gros buveurs mais peu nombreux

Comment se situe le Maroc par rapport à ses voisins ?

La consommation est chez nous concentrée sur une proportion de buveurs très resserrée (5,4 % de la population selon l’étude de l’OMS), comme en Tunisie (5,7 %), alors qu’en Algérie, les buveurs sont 9,3 %. Les débits d’alcool pourraient en conclure, un peu hâtivement, qu’on boit peu au Maroc.

Mais ce serait ne regarder que le verre à moitié vide : au Maroc on boit globalement à peu près autant d’alcool qu’en Algérie, mais nettement moins qu’en Tunisie (respectivement 0,9 litre, 1 litre et 1,5 litre d’alcool pur par habitant et par an).

Quand on regarde les chiffres pour les seuls buveurs, les Tunisiens se situent indiscutablement comme les plus gros consommateurs du Maghreb avec 26,2 litres d’alcool pur par an, suivis des Marocains (17,1 litres), et des Algériens (10,9 litres).

A titre de comparaison, dans un pays non musulman comme la France, la proportion de non-buveurs n’est que de 5,2 %, mais les buveurs y ingèrent 12,9 litres d’alcool pur par an, soit plus de 4 litres de moins que les buveurs marocains.

Le Maroc, pays le plus amateur de vin du Maghreb

Que préfère-t-on boire au Maroc ? Selon l’OMS, qui choisit comme méthode de calcul les volumes en alcool pur, les consommateurs plébiscitent la bière (44 % de l’alcool pur ingéré par les plus de 15 ans), mais le vin résiste (36 %) et dépasse les spiritueux (20 %). Chez nos voisins du Maghreb, les bières s’écoulent plus volontiers encore (63 % en Algérie et 68 % en Tunisie), loin devant le vin (35 % et 28 %), tandis que les spiritueux font figure de fond de bouteille (2 % et 4 %).

Ce qui fait des Marocains les plus grands amateurs de vin… au Maghreb. Les Français les dépassent avec 56 % de vin, 23 % de spiritueux, 19 % de bière, et 2 % d’autres alcools.

Des risques inégalement répartis

Le rapport de l’OMS se penche naturellement sur les conséquences sanitaires de la consommation d’alcool. Et il en ressort que dans leur rapport à l’alcool, les Marocains sont ceux qui « savent » le moins bien boire : l’OMS dénombre au Maroc 25,6 cas de cirrhose du foie sur 100 000 habitants chez les hommes, et 23 chez les femmes. C’est le « record » au Maghreb : les cas de cirrhoses chez les hommes n’atteignent que 14,4 cas pour 100 000 habitants en Tunisie et 11,8 en Algérie. Chez les femmes, on enregistre 8,2 cas pour 100 000 habitants chez les Tunisiennes et 9,7 chez les Algériennes.

En France, la cirrhose du foie ne touche que 16,4 hommes et 5,2 femmes sur 100 000 habitants.

Du côté des accidents de la route, là encore, la consommation d’alcool au Maghreb semble moins maîtrisée qu’en France : l’alcool est la cause directe de décès sur les routes marocaines de 34,6 hommes et de 13,4 femmes pour 100 000 habitants. La situation est globalement la même en Algérie et en Tunisie, avec un ratio, sur 100 habitants, de 35,1 hommes et 12,6 femmes en Algérie, et de 37,3 hommes et 10,5 femmes tués sur la route à cause de l’alcool.

Sur les routes de l’Hexagone, on dénombre 11,9 hommes et 2,7 femmes pour 100 00 habitants à avoir perdu la vie directement à cause de la conduite en état d’ébriété.

L’Organisation mondiale de la santé, organisme onusien, établit ses statistiques sur des tranches de deux ans. Le rapport 2014 délivre des chiffres sur la période 2008-2010.

article suivant

Le journaliste Driss Ouhab n’est plus