La population chrétienne au Maroc victime de pressions

Le secrétariat d’État américain a livré son rapport sur la liberté de culte. Celui-ci fait état de discrimination à l’encontre de la population chrétienne du Maroc.

Par

La cathédrale Saint-Pierre de Rabat.
La cathédrale Saint-Pierre de Rabat. Crédit : Jelle Goosens / Flickr

Environ 5 000 chrétiens marocains résidant dans le royaume. C’est l’un des nombreux constats établis par le secrétariat d’État américain dans l’édition 2013 de son rapport annuel sur la liberté de culte publié ce 28 juillet. La population chrétienne du Maroc cohabite avec des musulmans chiites, une communauté qui compte entre 3 000 et 8 000 personnes dans ses rangs et approximativement 400 baha’is.  L’étude, qui ressemble sensiblement à celle établie en 2013 par le département de John Kerry, se concentre également sur les répressions dont sont victimes les membres de ces communautés.

Chrétiens sous surveillance

La population chrétienne du royaume vit, selon le rapport du secrétariat d’État, dans la peur d’être « accusée de prosélytisme ». Une peur qui, pousse les paroisses à « ne pas encourager les marocains chrétiens » à partir à la messe bien que « les autorités n’aient pas pris des mesures en vue d’empêcher les citoyens chrétiens de participer aux activités religieuses ».

Toutefois, ces derniers sont soumis à une surveillance constante de la part des autorités, qui ont « effectué plusieurs appels téléphoniques […] à plusieurs reprises durant l’année (2013, ndlr) pour démontrer qu’elles disposent d’une liste des citoyens chrétiens et indiquer que leurs activités sont surveillées ». Autre pratique adoptée par les autorités, celle de faire pression sur les citoyens chrétiens afin qu’ils « renoncent à leur foi » en informant leurs proches de leurs conversion.

Vie normale pour la communauté juive

La population baha’ie vit, quant à elle, dans le secret. Selon l’étude, les membres de cette communauté « évitent de révéler leur foi » mais parvient à vivre en société. Le rapport du secrétariat d’État américain révèle que certains membres de cette communauté décrochent des emplois au sein du gouvernement.

La communauté juive semble être la minorité religieuse la mieux lotie si l’on se fie au rapport. Cette population bénéficie de mécanismes légaux et de textes de loi spécifiques couvrant des sujets comme le mariage ou l’héritage. La culture juive dispose du soutien des autorités qui financent des études concernant la culture artistique, littéraire et scientifique ainsi que quelques universités.

article suivant

Pass sanitaire, test PCR, certificat médical... les recommandations du CNDH pour remplacer le pass vaccinal