MRE: les retraités marocains de France discriminés

MRE: les retraités marocains de France discriminés

Une association interpelle le gouvernement français sur la question de la couverture maladie des MRE de retour au Maroc pour leur retraite.

Par

Un vieil homme marocain assis sur un banc.
De retour au Maroc, ces retraités doivent revenir en France régulièrement pour continuer à bénéficier de la couverture maladie. Crédit : Yassine Toumi.

Une fois à la retraite, les Marocains ayant cotisé en France ne sont plus couverts par l’assurance maladie s’ils retournent vivre dans leur pays d’origine, contrairement aux retraités français. C’est cette différence de régime que dénonce l’association Cap Sud MRE. Elle vient de déposer une question à la ministre française des Affaires sociales publiée au bulletin officiel.

En effet, d’après la loi française, les étrangers perdent leur couverture maladie à partir de 187 jours hors de France. A l’inverse, les Français qui souhaitent s’établir à l’étranger pour leur retraite continuent de bénéficier de ce droit. Salim Fkire, président de Cap Sud MRE, dénonce cette discrimination :

En 2014, ils ont mis en place une carte vitale pour les résidents hors communauté européenne mais ils n’y ont pas intégré les étrangers alors que ce sont aussi des contribuables.

500 000 retraités marocains concernés

Une différence de traitement que l’association qualifie d’« injustice fiscale et sociale » établissant « une distinction sur la prestation suivant la nationalité du contribuable ». Salem Fkire prend un exemple concret : « Mon père est arrivé en France en 1954 et a cotisé jusque-là. Il veut maintenant prendre sa retraite au Maroc mais va perdre ses droits. Par contre, son collègue Marcel va pouvoir se domicilier au Maroc tout en continuant d’être couvert. »

500 000 retraités marocains sont concernés. Cela en dissuade certains de retourner au Maroc parce qu’« ils ont travaillé dans des professions dures physiquement et donc ont une santé fragile », comme le précise Salem Fkire. Beaucoup d’entre eux s’installent quand même au Maroc, mais font alors des allers-retours, ce qui leur revient très cher.

L’association demande l’appui de l’État marocain en invoquant l’article 16 de la constitution qui impose le soutien et la protection des droits et des intérêts des Marocains résidant à l’étranger.

article suivant

Six pépites de mauvaise gouvernance glanées dans le dernier rapport de la Cour des Comptes

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.