Benkirane. Popularité en baisse ?

La popularité de Benkirane est en chute. C’est le constat établi par le baromètre politique du Tariq Ibn Ziad Institute (TIZI), le site de sondage Averty et Hespress, rendu public ce mardi 25 février.

A en croire le sondage, la cote de popularité du chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, a connu une chute drastique en l’espace de six mois,  passant de 68% en juin 2013 à 53% en janvier 2014. Les sondés se sont également déclarés insatisfaits par l’action du leader du PJD à la tête du gouvernement et ne sont plus que 43% à lui accorder leur confiance contre 53% il y a six mois. Néanmoins, le chef du parti de la lampe bénéficie toujours de l’appui des jeunes. En effet, plus de 81% des 18-24 ans soutiennent Benkirane. La politique du gouvernement ne fait pas que des heureux chez les personnes interrogées. Ces dernières sont déçues de la baisse du pouvoir d’achat, de la lutte contre la corruption et de l’éducation. Toutefois, le chef du gouvernement ne devrait pas s’inquiéter de son impopularité. D’après l’étude, 72% des personnes interrogées pensent que l’opposition ne ferait pas mieux que le gouvernement si elle était au pouvoir. La confiance en l’opposition est d’ailleurs faible, mais a connu une croissance durant les six derniers mois passant de 13 à 19%.

Des ministres populaires

Selon le sondage réalisé par Averty, les ministres bénéficient d’une grande notoriété. En effet, Mohamed Louafa et Aziz Rabbah sont reconnus par 92% des sondés. Les deux ministres sont suivis par le porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, qui a été reconnu par 90% des interrogés. Le ministre de la sante et député du PPS, Houcine El Ouardi, truste quant à lui le top du classement des ministres qui inspirent le plus confiance. El Ouardi est suivi, dans l’ordre, par Aziz Akhannouch, Aziz Rabbah, Idriss Azami El Idrissi et Mustapha Ramid.

L’istiqlal  impopulaire

Du coté de l’opposition, les voyants sont au rouge. D’après l’étude, le membre de l’opposition que les interrogés souhaiteraient le plus voir impliqué en politique est l’USFPiste Ahmed Reda Chami (26%). Il est suivi par deux représentants du PAM qui ne sont autre que Hakim Benchemass et Mustapha Bakkoury.

Les représentants de l’Istiqlal figurent quant a eux à la fin de ce classement. En effet, seulement 14% des sondés souhaiteraient voir le secrétaire général du parti de la balance, Hamid Chabat, plus impliqué tandis que 4% souhaiteraient voir Yasmina Baddou plus active. Nul doute qu’au vu du dernier rapport de la cour des comptes, la popularité de l’ex-ministre de la santé risque de baisser.

article suivant

Mines : le groupe indien Samta annonce des investissements de plus de 100 millions de dollars au Maroc