Bourse. Le gendarme prend les devants

On ne le dira jamais assez, la Bourse se porte mal, très mal même ! Le salut pourrait-il venir des PME ? C’est ce qui ressort du plan de sauvetage proposé par Hassan Boulaknadel, directeur général du CDVM, autorité du marché casablancais. L’idée serait de créer un marché alternatif réservé aux PME, histoire de faciliter leur accès à la cotation. Autre axe de réforme : la communication financière, nerf de la guerre des marchés. Exit les publications semestrielles, les émetteurs devront, à partir de septembre prochain, publier leurs comptes tous les trois mois. Des mesures qui devraient s’accompagner de l’installation d’un collège de sanctions pour les “contrevenants”. Une sorte d’état-major du marché boursier qui sera composé d’un magistrat nommé par le ministre de la Justice, et de deux autres personnes indépendantes désignées par le conseil d’administration du CDVM, qui sera désormais rebaptisé “l’Autorité marocaine des marchés de capitaux”. Un nouveau nom pour une nouvelle ère ?

article suivant

Casablanca-Settat : face au risque de saturation, la région se prépare à des solutions alternatives