Relire L’Âne

Par

Après Le Passé simple et Les Boucs, Driss Chraïbi avait livré en 1956 un roman tout aussi visionnaire sur l’avenir du monde arabo-musulman. Dans L’Âne, expliquait-il à la revue Souffles, il prévoyait “les luttes fratricides, l’impossibilité de constituer un bloc monolithique, la non-promotion sociale ici ou ailleurs, les régimes militaires, et cette espèce de socialisme de flics”. Malgré l’indépendance et l’avènement d’une vie moderne, les espoirs de liberté du barbier Moussa sont vite déçus. Ce livre, qui a été épuisé pendant plusieurs décennies, vient de ressortir chez Folio. Un texte qui n’a pas pris une ride et qu’on relit avec un vif intérêt à la lumière des bouleversements sociaux et politiques d’aujourd’hui.

article suivant

Bars, restos, clubs… Fin de party pour le monde de la nuit ?