Maroc

Qui est Hicham Nejmi, le nouveau secrétaire général du ministère de la Santé?

Hicham Nejmi, SG du ministère de la Santé. (DR).
Qui est Hicham Nejmi, le nouveau secrétaire général du ministère de la Santé?
avril 13
18:40 2018
Partager

Praticien confirmé, Hicham Nejmi aura la lourde tâche, aux côtés du ministre Anas Doukkali, de faire aboutir mille et un chantiers de réforme.

Sur la page d'accueil du CHU de Marrakech, dans la rubrique "Evènements", on retrouve l'information de la nomination du Pr Hicham Nejmi, le 4 avril, au poste de secrétaire général du ministère de la Santé.  Une manière pour les cadres de cet établissement de rendre hommage à un désormais ex-patron apprécié par ses équipes. Sur Facebook, Hicham Nejmi dispose même d'une page créée par ses fans et qui est toujours active.

A 47 ans, il devient le numéro 2 du ministère de la Santé. Il aura notamment pour missions de préparer et exécuter le budget, gérer les ressources humaines, mais également de diriger les services centraux et décentralisés. En cas de dysfonctionnements, il est le premier à payer les pots cassés comme c'est arrivé avec l'ancien secrétaire général d'Al Houssaïne Louardi, Abdelali Alaoui Belghiti, limogé en novembre 2017 suite au rapport de la Cour des comptes sur les projets de "Al Hoceïma, Manarat Al Moutawassit".

Casablancais de naissance, Marrakchi de cœur

Hicham Nejmi a vu le jour en 1973 à Casablanca. A 18 ans, il décroche son baccalauréat et intègre la faculté de médecine de la capitale économique.

Le jeune lauréat quitte son Casablanca natal pour une première affectation à l'hôpital Hassan Ier de Tiznit. "Lors de ses multiples prises de fonction, il ne s'est jamais plaint de quoi que ce soit. Il a toujours accepté les décisions de sa hiérarchie sans émettre la moindre critique", dit de lui une de ses connaissances.

Cela ne l'empêche pas de chercher à parfaire son cursus académique. Il part alors en France, pour une agrégation en anesthésie-réanimation. Mission accomplie en 2011. La même année, il se voit confier la direction de l'hôpital Ibn Tofaïl de Marrakech.

Il ne s'y éternise pas et devient chef du service réanimation du CHU de la ville ocre avant d'en prendre la direction. Ce sera en août 2015 en remplacement du Pr M'Hamed Harif, appelé lui à diriger l'hôpital Cheikh Khalifa à Casablanca.

Hicham Nejmi est un grand fan des nouvelles technologies et de l'innovation. Au CHU de Marrakech, il a été le premier à installer une application pour gérer les rendez-vous des patients.

Sous sa direction, cet établissement hospitalier s'est distingué à maintes reprises pour des opérations chirurgicales compliquées. C'est à lui aussi qu'on doit la banque de sang placentaire. En 2017, un sondage de la MAP le classe parmi les 12 personnalités de l'année, dans la catégorie "Santé".

Lors de la réunion du conseil de gouvernement du 4 avril, la proposition de le propulser au secrétariat général du ministère de la Santé passe comme une lettre à la poste. "Avec M. Doukkali, le département avait besoin d'un dirigeant qui a le sens de l'initiative", commente une source au gouvernement.

Hicham Nejmi est aussi réputé pour son sens de l'initiative, puisque c'est surtout un champion des partenariats à l'international quand il s'agit de "gratter" n'importe quel avantage pour les établissements où il a travaillé.

PPS? Non, RNI !

Au moment de sa nomination au poste de secrétaire général du ministère de la Santé, les spéculations allaient bon train quant au "parrain" de Hicham Nejmi, quelque partie qui aurait favorisé son dossier. "Il n'en avait pas, mais son expérience et son sérieux ont plaidé en sa faveur", souligne notre source gouvernementale.

Cela ne veut pas dire que le nouveau numéro 2 du département est un apolitique. C'est tout le contraire. Les nombreuses sources consultées par nos soins à Marrakech expliquent qu'il a commencé à militer au sein de l'USFP.

Comme beaucoup de cadres du parti de la rose à Marrakech, Hicham Nejmi a rallié les rangs du PAM. Mais pas pour très longtemps. D'ailleurs, il n'avait jamais été nommé dans l'une des instances de décision, même au niveau local.

Avec l'arrivée de Aziz Akhannouch à la présidence du RNI, Hicham Nejmi a rejoint les rangs du parti à la colombe et a même pu arracher son ticket pour le Conseil national des bleus. Actuellement, il est coordonnateur de la section de Guéliz, et membre du Conseil national du RNI.

Mais, au-delà de son engagement politique, le nouveau SG aura du pain sur la planche aux côtés d'Anas Doukkali. Mauvais timing: au moment où il prend ses fonctions, ses anciens collègues (les blouses blanches) décrètent une grève générale pour le 28 de ce mois. Une première bombe qu'il devra désamorcer.

Tags
Partager

Lire aussi

NEWSLETTER TELQUEL BRIEF

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss